Les Snickerdoodles 2009 et…un bonus!

Voilà déjà plus d’un an que j’avais fait cette recette de Snickerdoodles de James MacNair et Andrew Moore…Vous l’aviez aimée puisqu’elle était arrivée en tête de l’Escale anglaise de Murielle et Stanislas.
Elle reste une de mes favorites, facile et rapide à faire avec un bon rendement, et un goût et une texture que j’adore encore!
Cette fois, j’en ai réalisé une trentaine pour l’anniversaire de mon fils, l’anniversaire à une main, puisque tous ses doigts font l’ensemble des années de sa jeune vie.
Snickerdoodles aux trois sucres, parce que je n’en n’avais pas cinq! (et surtout, je n’en n’avais pas assez d’un!)


600 g de farine/ 2 càc de bicarbonate de
soude (pharmacie ou sioupermarket)/ 1 càc de levure/ 240 g de beurre demi-sel (ou doux..) à Température ambiante/ 240 g de sucre roux pure canne/ 120 g de vergeoise brune (sucre blanc recuit deux fois)/ 30 g de sucre cristal/ 2 oeufs à Température ambiante/ 2 càc de vanille liquide/ 1 càc de cannelle en poudre/ 2 pincées de sel si vous utilisez du beurre doux.

L’aspect « température ambiante est important surtout pour le beurre. Souvent j’ai fait cette recette en faisant fondre le beurre vu qu’il est plus souvent au frais qu’à disposition sur le plan de travail. J’obtenais alors une pâte collante, assez difficile à travailler, nécessitant l’utilisation d’une petite cuillère.
Mais voilà: on gagne du temps et de la matière à attendre! le beurre du petit déjeuner, vous ne le rangez pas tout de suite, vous le laissez là et avant la fin de matinée, si vous commencez à 11h, à midi moins dix vos biscuits seront prêts.

La pâte doit ressembler à de la pâte sablée moelleuse, non collante et il est très facile de former des boules de toutes tailles pour obtenir les Snickerdoodles désirés.

Action:

Dans le bol du robot ou une terrine tu mets le « sec »: farine, bicarbonate, levure (et sel si..blabla). Tu tamises.
Dans un autre bol ou terrine, tu mets le beurre mou (mais pas fondu donc, si tu as bien ouvert tes esgourdes), le sucre roux et la vergeoise. Tu fouettes avec un batteur (ou robot hein, je me répète, oui, je sais)
, plom plom plom, 5 minutes oui, tu tiens tu ne lâches pas ton batteur, même si tu as mal au poignet, ce serait pire à la main, penses à ta grand mère.
Tu obtiens un appareil assez léger, mousseux.

Tu ajoutes les oeufs et la vanille, là c’est fastoche. Par rapport à l’étape d’avant, je veux dire, c’est encore pus mousseux, tu vois?
Puis la farine en deux ou plusieurs fois, pour que le tout soit bien homogène, comme une pâte souple.(la petite photo en haut à gauche du montage, c’est la texture de la pâte obtenue, elle se décolle bien du bol)

Et c’est fini, oui, tu vois facile!
Bon, pas tout à fait, faut cuire tout de même:
Grille in the middle, température 180, tu préchauffes.

Dans un petit bol, tu mets le sucre et la cannelle, tu les mélanges.

Avec tes doigts, vu que ta pâte est parfaite, tu prends l’équivalent d’une cuillerée à soupe. Et tu roules.

Et tu roules aussi dans le petit bol; ta boule de pâte se couvre de grains cristallins, ça sent bon, c’est joli, tu poses sur ta plaque recouverte de papier sulfurisé ou d’une feuille silicone. Tu laisses 5 cm entre chaque hein, la boule elle s’étale à la cuisson…

Jusqu’à épuisement de la pâte.
A ce rythme j’avais deux plaques.

Tu enfournes 15 à 20 mn. J’ai mis 17 chaleur tournante.
Après, ça sent bon dans la maison, tu n’as qu’une envie, faire un pain d’épices.

Oh, quesseucé?
Le pain d’épices!
Nonhonhoon, si vous y avez cru, ah ah ah.
C’est bibi, pour ce drôle d’amusement bloggesque de Blogà2, c’est chez Anso que je l’ai vu, et chez Annellenor aussi, enfin, on s’amuse bien dans ce milieu, non?
Je ne sais même pas si c’est encore d’actualité…m’enfin, pour un sourire aussi joufflu que ne ferait-on pas!
——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

 

 

 

Publicités