J’allais encore Oublier les Oublies…Pour la Photo.

Quoi, tu sais pas ce que c’est qu’une Oublie?

Bon, d’accord, c’est pas le nom exact, Au XIIIème  (Not in Paris, but the century) on disait « Oublies renforcées » (pour pas casser?).

Elles étaient vendues par des marchands ambulants (ben c’est ça, pour pas casser) qui s’installaient entre autres sur les parvis des églises. (Faut se souvenir que les églises, y avait du monde, on y mangeait sans doute autant qu’on y priait, ça devait être un sacré foutoir).

Au XVIème (pareil), c’est François qui était fan.

Tu as un doute?

Va voir chez Nawal, elle t’explique. Et je confirme avec les extraits ci-dessus, très flous, du plus gros livre de cuisine que j’ai à la maison, celui de S.G.Sender et Marcel Derrien sur « La grande histoire de la pâtisserie-confiserie française ».

Oui, je sais, y a deux bouquins, mais c’est une blague pour ma copine 🙂 (euh, et puis sur la bibli derrière, no comment).

Les gaufres, j’en fait souvent. C’est le goûter rapide, le plaisir du chocolat saupoudré dans les petits carrés, le sucre qui croustille sous la dent en même temps que le moelleux tiède t’envahit le palais.

Et depuis quelques mois, je fais la même recette, celle d’Heidrun, notre amie allemande repartie en Allemagne, non sans nous avoir fait cadeau d’un gaufrier. Celui qu’elle utilisait quand les enfants allaient chez elle jouer avec les siens…ils fabriquaient des gaufres vertes ou roses, j’espère vraiment qu’elle peut continuer à utiliser son esprit créatif no limit, à Hambourg…(Des parfums roses et des parfums verts qui sentent la cannelle?)

La recette est écrite de sa main, je te la mets telle que. Juste, cette fois j’ai modifié, je n’ai pas utilisé de Cannelle mais de la fève Tonka (celle de Natacha). Une demie, quasiment.

Le livre, c’est Michael Connolly, « Le verdict du plomb ». Faut lire du léger quand on attend la cuisson de la gaufre. Et puis j’aime bien Harry Bosch. Sauf que là, c’est pas avec Hieronymus, c’est avec Heller. L’avocat. Celui de « La défense Lincoln ».  J’aurais pu, pour rire, compter les polars qui sont dans la bibliothèque quand je l’ai rangée le week-end dernier, mais vraiment non, c’est indécent. Puis, je préfère faire croire que je lis des trucs intello. Parfois.

Ah oui.

Pour le concours, je choisis une autre photo.

J’ai pas pu m’empêcher. C’était trop tentant. Tous ces petits coeurs. Et la gaufre.

C’est bon, quand même. mmmmmm.