La confiture de The American, et la marmelade d’Orange de M.C.Frédéric

Les jours rallongent, mais le temps reste concentré dans la seconde qui fait que la vie file à toute allure.
Je vois les effets du printemps sur le jardin, entre deux coups d’oeil au jardin les plantes ont grossi, rougi, fleuri, fané déjà parfois…
Et puis, les matins qui sont tout bleus, l’herbe pleine de rosée mais déjà le soleil est plus haut, c’est comme s’il était un dix heures de plein hiver…alors on se croit en retard, on se dépêche, et en moins de temps qu’il n’en faut pour le croire le petit déjeuner est prêt, servi, en place pour être dévoré.
Il est suffisamment rare pour que j’en parle, mais nous avons eu un Américain à Breizh Kiss...
Quand il nous a montré de quelle région il venait sur la carte de l’Atlas dépassé d’un héritage aussi vieux, nous avons mesuré la distance qu’il a parcourue: de l’Orégon à la Bretagne!
waaaa avons nous fait.
Alors, il riait de dire que sur la carte, la Bretagne, c’est tout petit avec le geste des mains qui s’approchent à 10 cm, et qu’en vrai c’est Trop Graaand avec la voix qui enfle et les bras qui s’ouvrent… nous ne pouvons imaginer de notre coté les lignes de routes droites qui sillonnnent le nouveau monde, les distances incroyables sur la carte avec l’Orégon qui serait presque aussi grand que la France!

La confiture de « The American », à la Rhubarbe et à la Pomme, pour se réconforter dans ce Grand Pays Breton…


Tiens, maman, a dit mon fils en me tendant le cinquantième coquillage de l’heure écoulée à la plage…
La récolte de rhubarbe prend encore moins de temps:
Belle maman?
Ainsi je me retrouvais avec un paquet de tiges de rhubarbe de Lannilis…
Facile!
Tu prends une tige, avec le tranchant d’un couteau tu incises le haut un peu en biais de façon que le pouce coince la fibre contre le couteau et que d’un mouvement rapide tu tires vers le bas, ce qui entraîne la longue fibre, moins bonne à consommer entre les dents.
Tu procèdes de la même façon sur toutes les faces et toutes les tiges.

Tu coupes en tronçons.
Tu pèses ta récolte ainsi épluchée.
J’avais 900 grammes.
Je décidais de mettre 700 g de sucre, n’aimant pas le « trop » sucré.
Cette fois et pour cette quantité je n’avais plus que du sucre cristal mais préférez du roux.
Dans un cul de poule, j’ai versé les morceaux de rhubarbe ET le sucre mélangé.
Et puis j’ai laissé au réfrigérateur au moins une nuit.


Même avec ce ciel gris plombé, il faisait chaud à Baden avec mon Amie Flore.
C’est bien la cuisine qui se fait toute seule, qui te laisse quitter ton nid pour voltiger dans d’autres contrées…
En rentrant de ta balade matinale ou le matin au réveil ou peu avant le goûter, quand la maison est calme, tu prépares tes pots.
Maintenant je les lave et je les fait bouillir. Puis je les laisse dans le four chauffé à 100° (avec les couvercles posés à côté)
La rhubarbe a donné tout son jus qui a liquéfié le sucre.
Tu prends une cocotte et tu verses le mélange dedans. Tu chauffes à petits bouillons.

Les pommes? c’est venu après. Je les ai vues, toutes les quatre en train de cuire au soleil (oui, un coin de ma kitchen est très ensoleillé, c’est là que je pose aussi le pâton de pain) et je me suis dit, tiens why not?
Hop, épluchées, épépinées, tranchées finement, je les ai cuites avec le bouillon de rhubarbe.
3/4 d’heure environ, à vrai dire je n’ai pas compté…la confiture ne devait pas attacher le fond de la cocotte, elle ne faisait pas beaucoup de jus, pas assez pour être vraiment écumée comme la confiture d’abricot...
Mise en pot, 5 pots de 250 g, jusqu’à 1 petit cm du bord, tu visses le couvercle et tu retournes jusqu’à refroidissement.


Comment? tu dis? Aah, ce n’est pas celle là que Tu voulais? non, l’autre, la Marmelade d’Orange de Marie-Claire Frédéric, un modèle pour moi aussi…

La Marmelade à l’Orange, Orange comme le soleil...
Que dire…facile à faire…avec ma fille, la grande qui a coupé les quartiers, se retenant de lécher ses doigts entre deux oranges pour ne pas entendre sa mère murmurer NOOON, va te laver les mains!
Tiens je vous laisse la lire en direct, vous comprendrez mieux pourquoi j’ai eu envie de la faire…

En attendant il fait tellement beau, que les vélos sont sortis, la carriole et les seaux de plage…

Que ceux qui OSENT dire qu’en Bretagne il ne fait pas beau…se planquent!Elle vous trouvera!
Publicités

Bigoudens Bourbonnais…

Et voilà, ça y est!
Elle pesait 3,850kg, elle mesurait 52 cm, elle a bu du lait maternel jusqu’à 20 mois, grâce à elle, j’ai profité absolument de mon Congé Parental, période magique, qui m’a permis d’apprendre des tas de choses…
C’est de là que viennent mes blogs, les photos, les recettes et surtout la passion de la boulange…
Et aujourd’hui commence un congé sabbatique d’un an, pour me permettre de réaliser pleinement Breizh Kiss, et puis voir si après…

 

Je les ai faits hier soir, à la main pour ne pas réveiller la maisonnée endormie…et puis la main…ce matin j’ai caressé sa joue, elle a demandé

 » il est où mon anniversaire? « 


Les Bigoudens Bourbonnais pour les trois ans d’E.à l’école…
(extraite et modifiée de « cuisine bretonne » hachette pratique, Elisa Vergne)

Pour 70 Bigoudens de 5 cm de diamètre:
400 g de farine/ 200 g de sucre de canne/ 3 gros jaunes d’oeufs/ 125 g de beurre demi-sel mou/ 2 càs de crème épaisse (je n’avais que de la liquide) / 75 g d’amandes mondées/ 3 càs d’eau de vie
(eau de vie? en ont-ils vraiment besoin? non, je dirais eau de sommeil plutôt, donc eau tout court!) / 1 gousse de vanille Bourbon (ah, la voilà la BourbonnaiseTifenn’s Touch!) un peu de lait (ou un jaune délayé dans l’eau)

Fendre la gousse en deux avec la pointe d’un couteau, en retirer les graines, et les mettre à « diffuser » dans la crème.
Au lieu de la crème épaisse, j’ai utilisé la liquide donc j’ai mis moins d’eau…

Dans un cul de poule, disposez les ingrédients « secs » (farine, amandes, sucre), mélangez.
Ajoutez la crème vanillée, les jaunes, le beurre en dés, un peu d’eau en fonction de la texture de la pâte: elle ne doit plus coller aux doigts!

Malaxer et fraiser la pâte (l’écraser d’un mouvement du bas de la paume de la main en étirant la pâte sur le plan de travail…c’est pour permettre de bien incorporer le beurre)
La rassembler en boule souple mais non collante.
Préchauffer le four à 200 (j’ai utilisé la chaleur tournante pour pouvoir cuire les deux plaques de cuisson en même temps)
Étendre la pâte sur 5 mm environ, la découper avec un emporte pièce de 5 cm de diamètre environ (pour avoir les 70 pièces, mais on peut faire avec ce qu’on a)
Placer les rondelles sur la feuille de cuisson ou silicone, pas besoin de laisser trop d’espace, ils ne s’étalent pas à la cuisson…les badigeonner (ou pas, comme moi) de jaune délayé ou de lait.
Cuire de 15 à 20 mn … en chaleur tournante j’ai mis 16 mn juste pour le doré autour…

Et se dire que la page est tournée, que le bébé a grandi, que ce Bigouden Bourbonnais va bien avec le café…et qu’il faut s’atteler au gâteau maintenant!

Ouverture!

Et voilà!
Les travaux se terminent, la rentrée approche, je déclare ouverte la chambre d’Hôtes « Breizh Kiss » dès le 1er septembre!
Inscrivez vous, reservez votre nuit, votre Week-End dès aujourd’hui, en vous rendant sur le site www.breizhkiss.fr, toutes les coordonnées y sont!
Et même la recette du far dis donc!

Les petits nuages…se lèvent sur la Bretagne!

celui de ce blog, veut bien dire de quoi il parle…
celui de la chambre d’hôtes qui a trouvé son nom…aussi!
Ce petit billet pour vous annoncer l’ouverture prochaine de MA chambre d’hôtes (c’est ballot hé) …vers la Mi-Août, oui le cri du chat, miaou!
Allez donc jeter un oeil sur le blog en construction, laissez moi un mail si vous voulez en savoir plus… « Breizh Kiss », enjoy!
www.breizhkiss.fr

A vous de deviner ce qu’il y aura au petit déjeuner…