La Charlotte Tiramilucilesu.

Un jour on a pas réfléchi aux conséquences de nos actes.

On se disait encore que les vacances de Noël c’était long, et qu’après tout, un peu d’action…

Alors, un 30 décembre, est née ma fille. Je n’oublierai pas ce réveillon à regarder les autres boire du champagne dans la chambre d’hôpital. C’était il y a dix ans.

Entre temps deux autres cadeaux de la vie sont arrivés, en hiver et pas l’été.

Alors, nous ne disons plus jamais que les vacances de Noël sont trop longues. Nous disons que ce ne sont pas des vacances. On ne s’y repose pas. On y festoie. Trois Noëls rien que ça, et les repas intermédiaires, et cela sur trois petits jours, avec déplacements. Faut digérer. Après, c’est l’anniversaire, et on remet le couvert.

Le dessert de choix de ma grande, la Charlotte façon Tiramisu. 

Parce qu’elle est gourmande. Elle voulait un kit pâtisserie à Noël, ça m’aurait fait mal d’acheter des trucs trop petits, trop roses, trop cassables. Je l’ai autorisée à se servir de tout ce que j’ai.

Elle a emprunté un livre de gourmandises à la bibliothèque.

« Desserts de tradition » aux éditions Artémis.

J’ai adapté les proportions parce qu’on était 12.

36 biscuits à la cuillère

2 citrons.

50 g de sucre en poudre.

260 g de Mascarpone

530 g de fromage blanc

200 g de sucre glace

350 g de framboises décongelées délicatement.

Après c’est facile.

Faire un jus avec le citron et le sucre en poudre.

Fouetter ensemble les Mascarpone, le fromage blanc et le sucre glace.

Je n’avais pas de moule à charlotte assez grand alors j’ai pris le rectangle inox 20×40 que j’ai posé sur un film alimentaire enroulé autour d’un petit plateau.

Et j’ai commencé la construction du Tiramisu.

Une couche de biscuits préalablement passés dans le sirop de citron, puis l’appareil Mascarpone/fromage blanc/sucre glace et les framboises. Et encore un deuxième tour.

La dernière couche de framboises, faut prendre les plus belles. C’est certain que ce dessert est plus adapté à l’été.

Poser une assiette dessus et mettre au frais au moins quatre heures.

De l’avis général, c’est bon, c’est fin, ça se mange sans faim.

Tarte au bout des doigts

le raisin de la raison

Est-ce bien utile, encore une recette de tarte?

Mais bon, belle -maman a dit « ben dis donc t’es rapide à faire un fond de tarte toi ».

C’est vrai que pour le coup, le respect du repos, nada. Je t’ai fait la boule en deux minutes chrono bon peut-être un peu plus.

Je te rappelle les règles de base pour moi, quand je n’ai pas envie ou le temps de peaufiner,  c’est du vite fait, et ça fonctionne surtout.

220 g de farine, 30 g de sucre, 125 g de beurre, et un peu d’eau froide.

Ça tu peux modifier en fonction de la taille de ton plat, le tout étant de garder les proportions. Tant pour tant matière sèche et beurre salé.

Pis tu peux mettre des épices, ou des graines. Enfin bref, faire TA tarte.

Dans le bol du robot avec la feuille et sinon dans le cul-de-poule et tes mimines, tu verses la farine et le sucre, et puis le beurre en cubes.

Tu sables. En gros, tu transformes tout ça façon plage de la barre d’Etel, poudre à gros grains et ocre.

C’est l’eau qui fait le liant. Vas-y, environ deux cuillerées à soupe d’eau.

sauver une photo avant la fin

Ta boule formée, tu l’étires avec ton rouleau, de la forme que tu veux, cette fois comme je ne trouve plus mon moule à tarte, j’ai fait un rectangle pour le moule qui me sert au futon d’habitude.

Y avait la compote qui restait de la veille (avec ce pommier Alexandre on a des pommes de quasi un kilo, alors faut le manger, les recycler, le recuire, les croquer….) et donc deux pommes Alexandre.

Tu devines la suite.

La compote écrasée au presse-purée, mise dans le fond de tarte, étalée du bout des doigts, c’est meilleur je crois.

Et puis dessus les énormes tranches de pommes.

Jean-Noël m’ayant offert un bocal de gelée/jus/sirop/coulis de raisin (derrière la maison, une vigne), j’ai fait couler dessus.

Ma tarte a rougi.

Sole basse, four préchauffé à 220 cette fois, 40 mn de cuisson.

Laisser refroidir.

On avait le croquant sans avoir le sec, on avait le café ou le thé qui allait bien avec.

C’était facilement bon.

bon, t'as pas fini oui avec tes photos?

Gâteau de beurre. THE.

Ce matin, les Zôtes ont eu des restes.

Des restes de la journée d’hier où un déchaînement avait soudain saisi mes mains. Une tarte aux poires, des meringues (pas assez cuites) un gâteau de beurre. Non. LE gâteau de beurre. Avec l’ingrédient secret que je ne dévoilerai pas comme ça.Faudra venir goûter.

Puis le Goechtel (Gochtial) de mon amie. Celui de la recette secrete, totalement secrete, jamais écrite sur le net. Elle est venue avec, on l’a cuit dans le four qui sentait encore le beurre.

Bien sûr, y a autant d’ingrédient secret que de gâteau de beurre. Déjà, ici on dit souvent gâteau breton, ce qui pour moi ne veut rien dire. Le gâteau breton va du quatre quart au gâteau de beurre. En passant par le Far si on cherche la petite bête. Ce gâteau là, c’est gâteau de beurre du Finistère, centre, et basta.

Je connais deux ingrédients secrets. Ici, c’est celui de mon enfance, j’ai enfin retrouvé le goût du gâteau de beurre que je voulais, et sa texture surtout. Mais le lendemain. Faut laisser la gâteau se rassir un peu.

Il se conserve deux à trois semaines.

Autant dire, que je ne l’ai jamais fait, mais j’ai déjà goûté un gâteau de beurre de trois semaines.

C’est plus sec. C’est tout.

Alors, maintenant tu vas lire la recette et défaillir.

Mais faut ce qu’il faut.

Bien sûr, des bons produits. Du bon beurre, du sucre roux et de la bonne farine.

J’ai mis le disque de pâte dans un cercle en acier, sur une feuille de papier cuisson. Le métal permet cette croûte caramélisée, croquante…bon. J’arrête de te faire lanterner.

Ah oui, j’oubliais! Il se coupe en losange. Tu pars du bord du gatal avec ton couteau et tu coupes des lignes horizontales et puis après tu recroises et ça te fait des losanges. T’as pas le choix, sinon c’est sacrilège… 🙂

Voilà.

Bon appétit. (les meringues, c’est parce que j’avais 6 blancs, tu vois).

Le bon fond de la Tarte.

Y a des jours bizarres et des encore plus bizarres.

Aujourd’hui, tiens, c’est bizarre, je me décide à mettre une recette. Et puis j’ai mis du khôl en haut ET en bas de l’oeil. Et puis je parle chaque matin, depuis quelques jours, un drôle de mélange de frandeutchglais,qui fait qu’avec les mains on arrive à se comprendre.

Mais le jour le plus bizarre, c’était hier, quand je me suis trouvée à boire du champagne à 9 heures du matin. Ouaip.

Juste after the coffee, tu vois, parce que le bruder de mon hôte fabrique du champaigne, et que le week-end ils ont l’habitude de prendre une petite coupe au breakfast. Et cette fois, ils étaient chez nous, with us, et le champaigne était au frais, et … enfin tu vois la scène?

Nos hôtes sont encore exceptionnels cette année, on aime. Ceux-ci sont venus d’Allemagne juste pour le festival interceltique. Ils ont un humour génial et les journées qui commencent par des éclats de rire, c’est zouper.

Hier soir, j’ai fait une pâte à tarte.

En pensant à nos autres Zôtes, ceussent du Clos de la Rivière (oui, bon, on ne fait pas que boire icite hein), parce qu’elle avait aimé ma tarte et demandé la recette de la pâte.

Et puis, une nouvelle recette entendue at the radio, la semaine dernière, et une remarque d’une Hôte suisse qui, la goûtant après que j’eusse tenté le coup, me dit : « elle est juste parfaite ». Forcément, là, je suis obligée de vous la dire.

C’est Catherine Kluger invitée de l’émission « On va déguster » sur France-Inter, dont j’ai ouï par hasard la voix donnant sa technique de préparation et de cuisson de pâte à tarte.

En relisant ce matin ce qui est écrit sur le site, je m’aperçois que j’ai déjà modifié un peu. Mais n’empêche.

230 g de farine T45/ 20g de sucre roux/ 125 g de beurre demi-sel/ 1 oeuf/ de l’eau un peu.

(donc j’ai adapté pour une pâte sucrée. )

L’important, comme pour la pâte feuilletée d’ailleurs, c’est que le beurre soit très froid.

Beurre froid coupé en dés, que tu sables avec la farine et le sucre. Si, avec de la chance, tu as un robot, c’est mieux, parce que la feuille est plus froide que tes mains, et donc, ça chauffe moins la pâte. Enfin, tu ajoutes l’oeuf et un peu d’eau pour former une boule. Sans trop travailler la pâte.

Tu réserves au frais, un bon moment, une heure minimum, avant de foncer la pâte dans un moule d’une trentaine de cm de diamètre. Puis là, faut encore réfrigérer 30 mn minimum.

Préchauffe ton four à 160 et fait cuire 30 mn.

C.K. met une feuille de papier cuisson et des pois dans le fond de tarte avant la cuisson, mais j’ai fait sans et ça a fonctionné.

Une fois que le fond est cuit, tu garnis de ce que tu veux. L’autre jour, j’ai alterné des fruits, pêches, abricots, pommes. Avec ou sans confiture nappée au fond. Ou compote.

Ce matin, compote et pêches. Et photos.

 

PS, suite remarque de Laure sur FB…je fais cuire les fruits, mais plus ou moins longtemps selon les fruits…les pêches justes tièdes, les pommes fondantes etc…

Et rigolade avec les zôtes.

C’était la grande parade aujourd’hui. Nous, on était à l’île aux Moines. On a été rincés.