Pesto! ni une histoire de peste, ni envie de pester, juste Pesto pour la vie !

Voilà qui m’a rendue bête encore une fois. J’étais quasi sûre qu’on disait Pesto à cause (ou grâce) aux pignons de pin qu’il contient…Que nenni, on dit pesto, parce que le latin, ma bonne dame, encore lui, nous fait comprendre qu’au pilon on pistare, on broie, on foule (du pieds on foule, pas du pilon).

Alors maintenant que je sais ça, je me demande bien pourquoi je pensais aux pignons… le P sans doute?

Souvent aussi, je ne savais pas trop s’il fallait dire Pesto ou Pistou, les deux pour moi étant la même chose, seul le pesto me paraissait plus légitime du fait de son origine, l’Italie et Gênes en particulier…sauf que si effectivement pesto et pistou utilisent tous les deux un pilon et du basilic, l’un a des pignons l’autre pas.

Bon.

C’est l’été là non? on est déjà en juillet (ils le disent à la météo et ma pelouse confirme), et ça fait un bout que je me dis que vraiment j’adore la cuisine des pays du soleil, toute celle du bassin méditerranéen surtout… (Comment ça La Réunion c’est pas dans le bassin méditerranéen?). Non,mais c’est vrai, je suis toujours admirative de sa richesse, de ses parfums, de sa variété, patati patata, on en trouve aussi de la variété ailleurs, mais celle-ci me paraît plus facilement accessible.

Bref.

Je discute, je discute, la recette est tellement simple et pas longue, alors je meuble.

Tout marche à la poignée.

Deux poignées de belles feuilles de basilic, une poignée de pignons de pin, une gousse d’ail, de l’huile d’olive, une bonne tu peux, du parmeggiano, que tu râpes toi-même (une poignée).

Dans le bouquin de Jamie Oliver, il dit de passer un peu les pignons de pin au four, pour les chauffer sans les dorer, juste pour développer l’arôme. I did it.

Pendant ces courtes minutes et un peu plus, tu piles, tu broies, tu pestare les feuilles de basilic, avec un peu de sel et la gousse d’ail. (Tu peux aussi mixer, mais franchement, ça perd son charme et mon pestare ne serait plus adapté).

Ensuite, tu ajoutes les pignons chauds et tendres. Tu continues de broyer.

Là, tu ajoutes l’huile d’olive. Un peu de parmesan, de l’huile d’olive…et ainsi de suite jusqu’à obtenir la consistance que tu veux.

La difficulté après, c’est de trouver un truc pour accompagner…Enfin, je veux dire que pendant que mes pasta cuisaient, je me suis enfilé un bout de pain par ci, un autre par là…et que la difficulté, c’était de m’arrêter…

Vraiment, j’adore.

Advertisements

13 réflexions sur “Pesto! ni une histoire de peste, ni envie de pester, juste Pesto pour la vie !

  1. j’avoue humblement que je peste au mixer!….mais c’est vrai que je dois perdre une partie du plaisir!…
    Les fleurs de ton arrière plan sont magnifiques!…

    • C’est que je n’ai que de petites quantités à pilonner :-). Mais je me demande quand même si la différence entre le « hachage » d’une lame et l’écrasement d’un pilon ne donne pas une texture voire un goût différent au pesto. J’avais mixé une fois, et ce n’était pas pareil. Ce sont mes myosotis derrière. Je vais bientôt en changer, les myosotis sont tous fanés!

  2. Rien que d’y penser et …de voir !! j’ai l’odeur dans le nez et bien plus ! Une tuerie, je lâche le mot ex-branché..Un régal.
    le basilic, huit heures du mat en été, sur le marché d’Ajaccio avec ma mère. Le panier prêt à tout accueillir des légumes, aux herbes, aux poissons sous la halle ad hoc avec les vieilles et leur tablier et moi les yeux embués, aux anges.
    Angela, Angelina, pasta, pestorina

    Et avec la soupe au pistou….ce hachage des tomates fraiches et du basilic et huile ( et quoi ) au fond de la soupière avant d’y verser la soupe bouillante.
    Mama mia
    Mama Mia !

  3. Mmmmm… ça sent le Sud à travers l’écran ! mais c’est traître quand tu as une baguette de pain qui traîne pas loin….
    à la maison c’était surtout pistou, l’hiver avec la soupe: un régal !

  4. Pingback: Le Veau au Pesto « Se nourrir de la Tête aux Pieds by Tifenn

  5. c’est comme ca qu’il faut faire – pestare – parce qu’avec la lame, la consistance n’est pas la meme. meme si c’est plus long, ca vaut le coup. Moi ce que j’adore, c’est le moment ou on verse le filet d’huile. Jusque la, ce n’etait pas du pesto, et tout ca coup l’odeur se degage, une merveille!

    Tes photos sont toujours tres belles.

  6. Ca y est j’ai un ENORME bouquet de basilic dans mon panier de cocagne hebdomadaire !! Les feuilles sont immenses et drues, ça va pestare sérieux !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s