La Crêpe Impériale

Que ceux qui croient encore aux vertus d’un régime, s’éloignent.

En ce qui me concerne, le régime, c’est profiter raisonnablement de tout un tas de bonnes choses.

Evidemment, si je dis que ces derniers temps, je me suis jetée sur une escalope de veau panée et que j’ai adoré,  ou encore un gratin de Lotte divin, qu’un ami a cuisiné, alors, à part y laisser un ongle en coupant vraiment maladroitement les oignons, je reste muette.

Enfin presque. « mmmm Chébon » a du me tomber de la bouche presque inconsidérément.

Et puis une malheureuse petite Pavlova…malheureuse car elle n’a pas fait long feu…

Bref…régime…euh…on parlait de quoi déjà?

Ah, oui, la Crêpe de l’Empereur.

C’est encore une du Kitchen aid, je n’ai rien changé, mais j’aurais bien modifié un truc quand même: ma poêle!

Elle colle, ma brav’ dam’, c’est pas commode!

Il te faut:

Quatre oeufs, 60 g de sucre, 85 g de beurre,  150 ml de lait, 100 g de farine T55, 75 g de raisins secs, cannelle ou autre épice qui te fait planer…

Tu sépares le blanc des jaunes, tu montes les blancs en neige ferme. Réserve.

Tu mets les jaunes avec le sucre et 60 g de beurre et tu fouettes; si tu n’as pas de KA, tu utilises un beurre pommade hein,  sinon tu auras des grumeaux.

Tu y ajoutes la farine et le lait. Ah oui, une pincée de sel si ton beurre n’est pas demi sel, j’oublie toujours ce détail ;).

Tu ajoutes à cet appareil les blancs neige, c’est beau, ça mousse.

Dans une toute petite casserole tu fais fondre le restant de beurre avec les raisins, réserve.

Et là, il te faut une poêle pas auto collante. La mienne l’est parce que je n’aime pas le téflon. Mais il existe la céramique, ça te coûtera un bras sans doute mais bon…

Bref, tu verses l’ensemble dans la crêpière, et tu fais dorer d’un côté pendant 4 minutes environ, et puis, délicatement tu retournes (en général, là, tu vois si tu as attendu assez longtemps eh eh eh).

Et tu recuits. C’est une bisCrêpe. Comme Bismarck? nan. Comme bis-cuit. Sauf que c’en est pas un.

Tu coupes en quartiers, tièdes, tu verses les raisins beurrés dessus et mmm…

Bon app les amis du printemps 😉 !

Publicités

Salade Jolie, tadada dadam…

Juste pour le plaisir des couleurs…

Juste pour continuer l’ouverture des fleurs, celles qu’on a cru voir avant la neige ou les grands froids de mars.

On avait failli oublier que c’était l’hiver.

Mais en regardant mon plateau de fruits, ceux que je donne en jus aux enfants chaque matin, je me suis souvenue des groseilles du jardin…

Elles sont dans le congélateur, en plusieurs petites boites, je les avait rangées en me disant « quand on en aura marre de l’hiver… »

Voilà, j’en ai eu marre de l’hiver, j’appelle au soleil et à ses rayons qui te chauffent le dos. Je veux remettre mes lunettes de soleil, quitte à ressembler à une mouche.

Tenez mes chéris, aujourd’hui, le goûter, c’est une

salade de fruits, jolie jolie jolie…

Pour trois petits gourmands:

Une banane en rondelles, un kiwi en lamelles…

Une pomme et une poire en morceaux.

Et puis, une orange pelée à vif et deux cuillères à soupe de sucre roux.

Et les groseilles encore gelées, elles auront bien le temps de se réchauffer le temps de tout mélanger…

Il ne reste rien, rien que : « tu pourras en refaire maman, là tout de suite? »

Gâteau neige, parce que c’est le printemps.

C’est facile comme titre.

J’aurais pu aussi bien mettre « gâteau blanc sous ciel bleu », parce que c’est vrai.

Ou bien, gâteau que j’ai presque tout mangé avant de le prendre en photo parce que je suis fâchée avec ma banquière (et néanmoins amie hein) (et puis ce n’est pas de sa faute) (je le sais, j’en étais/suis)

Non, je vais rester simple:

Gâteau avec tous les blancs d’oeufs des Pandoro!

L’inconvénient, ou l’avantage, c’est qu’il te faut avoir fait au moins deux Pandoro avant.

Un  Pandoro, des Pandori? tiens faudra que tu me dises!

Bref.

A part une Pavlova (oui, c’est bien aussi) qu’est ce que je pouvais faire avec 7 ou 8 blancs? (275g j’avais)

J’ai cherché, et trouvé, un gâteau que l’Est de la France fabrique beaucoup en période de Noël vu le nombre de Bredele mangés, Bredele qui utilisent pas mal de jaunes aussi.

Mais je ne connais pas le nom de ce gâteau, de même que je n’ai jamais trouvé les mêmes proportions, ce qui se tient quand tu fais ça pour ne pas « gâcher ».

Ma version:

275 g de blancs (de presque deux semaines conservés au frais, j’ai lu pluiseurs fois que les blancs se conservent très longtemps, en général je congèle mais à force de repousser au lendemain…)

125 g de sucre roux.

125 g de beurre fondu et refroidi

125 g de fécule de pommes de terre. (je n’avais que de la T65 en farine ce qui aurait été un peu lourd…)

Tu devines la suite?

Battre les blancs très fermes, ajouter le sucre en pluie, puis la fécule et enfin le beurre.

Si j’avais eu sous la main j’aurais mis des zestes de citron vert (j’adore le citron vert).

Pour la cuisson je n’avais aucune indication alors j’ai mis dans un moule silicone (si vous n’avez pas, il faut du papier sulfurisé car les blancs sucrés, ça colle bien) de forme savarin (comme le gâteau d’Alfredo, j’aime bien ce moule, ça fait joli)

Four préchauffé à 170 chaleur tournante 30 mn.

Attendre que ce soit froid avant de manger, tiède c’est d’abord difficile à découper (ça s’écrase) et c’est moins bon.

Les enfants ont A DO RE.

D’ailleurs j’ai failli ne pas la mettre cette recette car il ne restait quasi rien ce matin.

Bon, maintenant, je vais mettre le casque et aller faire un tour, il fait vraiment trop beau pour ne pas en profiter!