Nigel dans ma Kitchen! et tag…

On pourrait presque croire que c’est en vrai, non?
En fait, son livre est enfin arrivé après deux semaines d’attente…deux semaines avant d’entrer son appétit dans l’engrenage!
Et en anglais!
Oui, le livre n’est pas encore traduit et moi qui parle anglais comme une vache bretonne, c’était un défi!
D’autant plus que le vocabulaire culinaire n’est pas celui qu’on apprend au lycée, et pourtant c’est une super motivation! devraient y penser nos enseignants chéris!

Tiens, commençons:

Sausages with Salami and Lentils…Saucisses avec Salami et Lentilles…oui, je sais, c’est la partie la plus difficile!

Pour le reste, j’espère ne pas avoir fait d’erreur d’interprétation…en tout cas, un régal, ce fut.

2 oignons moyens/ 2 càs d’huile d’olive (généreuses dit-il)/ 2 cloves de garlic, ça j’ai adoré : 2 gousses d’ail/ un petit salami..euh ici, je n’avais que des tranches…6 ou 7 OZ une oz c’est une ounce, soient 28.35 g…j’ai résumé en 7*30 g et puis j’ai arrondi à 200 g!/ saucisses fraîches 3/4 de lb soient 3/4 de livre (1 livre c’est 500g) donc 450 g/ purée de tomates 1,3/4 de cup…1 cup j’ai pensé à 200 ml, donc 350g de purée de tomates./ lentils 150 g/ bay leaves, ce n’est pas quitter la baie ni autres voyages, c’est feuilles de laurier! j’ai trouvé ça joli aussi, il en faut 3!

Ensuite, il détaille toutes les étapes, j’aime bien, il explique même en combien de quartiers couper l’oignon!
Donc, tu pèles les oignons, tu coupes chacun d’eux de la tête à la racine « from tip to root« (pas mal non?) puis chaque moitié en 4 ou 5 pièces, morceaux.
Mettre l’huile à chauffer dans une casserole à fond épais (j’ai utilisé une grande et profonde sauteuse), ajouter les oignons et laisser fondre à température moyenne.

Pendant ce temps là, tu épluches l’ail que tu tranches finement.
Ajouter aux oignons et mélanger « stir » souvent.
Hop, je tourne la page…
Oh, la belle photo!
Je tourne encore la page…oh mon dieu une tarte au citron ensuite!
Pèles la fine peau du salami (chaque tranche c’est un peu long..) et coupes en fines allumettes « matchsticks« 

Ajouter aux oignons fondus et attendre un couple de minutes, pendant lequel le salami doit brunir un peu..moi c’est resté rose flashy..
Dans une casserole à fond anti adhésif (j’ai utilisé ma poêle en inox épais, je n’aime pas l’anti adhésif..) Faire colorer les saucisses sur toutes les faces (oui, une saucisse c’est rond, je sais, alors tu tournes souvent, et tu soupires..) mais c’est obligé de les cuire là il dit Nigel, alors on fait.

Mettre la purée de tomates dans les oignons, puis les lentilles (des lentilles sèches hein, pas déjà préparées, don’t worry, ça cuit vite ces choses là, pas de prétrempage!) et deux tasses d’eau (400 ml).

Bring to a boil.
Ah! apporte un bol?
Pff! portes à ébullition! tu sais pas lire ou quoi?
Enlèves les saucisses de la casserole et mets les avec cette sauce qui sent bon déjà, et le laurier, ne l’oublies pas..
Couvres « cover the pot with a lid » et laisse mijoter « gently » une demi heure, jusqu’à ce que les lentilles soient tendres.
Mélanges et assaisonnes avec du poivre noir.

You may find it needs little or no salt.
Enough for two with seconds.
Alors là j’ai fini par traduire « assez pour deux et un deuxième service… »

N’empêche, pour 5 j’ai tout multiplié par deux, et ce qui restait a été réchauffé le lendemain, accompagné d’un peu de semoule de couscous, eh ben, réchauffé c’est encore meilleur et c’est très très bon aussi avec du grain!
Nigel…merci!


A lime Tart…non, non, pas aujourd’hui!
Tiens, un bonus: Flo Makanai me demande de vous écrire 5 lignes à partir de la 5ème lignes de la 25ème page du livre que je lis…

« La chamane le suivit, la tête basse et l’esprit égaré, et constata que c’était toujours cette bonne vieille terre qui soutenait ses pieds. Mais elle ne sut s’il fallait s’en trouver soulagée ou déçue. D’un pas leste, l’homme s’approcha d’un cheval gris bleu qui semblait l’attendre, déjà sellé, l’enfourcha, le lança au galop et s’éloigna en direction du soleil couchant, déjà si bas dans le ciel qu’on l’aurait cru à portée de la main. »

Galsan Tschinag, « L’enfant élu », éditions Métailié.
Je ne l’ai pas fini, c’est en cours, c’est déjà très intéressant et instructif, ça se passe au XVIIIème siècle dans le Haut Altaï et en Chine…

Je passe le relais à Anso, Elodie, Murielle (si elle peut!)…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s