CARI CAMARON BRETON

Voui, ma p’tite dame, j’ose!

Le Breton, c’est bien connu est voyageur…de là à s’octroyer des recettes, il n’y a qu’un plat que voilà!

Le Cari Camaron Breton, c’est tout bon!

Et facile.(pour 6)

Il te faut dans ta cambuse, de quoi cuire des crevettes. Ne m’accuse pas d’assassiner ces petites bêtes, elles sont belles quand elles sont roses, elles sont roses quand elles sont cuites…pas d’état d’âme. Sinon, tu les achètes déjà cuites…

Il te faut un bouquin de recettes réunionnaises, tant qu’à copier, le faire bien.(moi, je l’ai acheté là-bas, nanananana euh..)

Et chercher tes tomates (5 ou 6), ton thym (plein), ton safran pays, que si tu m’as déjà lue, tu sais que c’est du Curcuma (1càc).

En plus, tu mets de l’ail (2 gousses) et des oignons (3 ou 4). C’est de rigueur. Et de saison.

Tes crevettes cuites (500 g), tu les décortiques. C’est pas dur, c’est long. Mais, de toute façon, si tu as des enfants, ce sera encore plus long si tu le fais au moment du repas. Tu réserves, en couvrant.

Tu fait suer tes oignons, ils n’en souffriront pas, moins que toi qui a pleuré à les émincer. Tu piles ton ail avec ton curcuma, tu l’ajoutes à tes oignons.

Ca sent bon. C’est pas grave.

Tes tomates, tu les a mondées (enlève la peau quoi!) et épépinées. Si, c’est meilleur.

En plus, tu testes la lame de ton couteau en les coupant en quartiers.Ou en cubes.

(là, c’est pas cuit, encore)

Enfin, tu coupes.

Devines…

Oui, gagné, tu les fait glisser dans ton plat où mijotent déjà les oignons et épices.

Et puis tu ajoutes enfin les crevettes. Tu saupoudre de thym. Tu couvres ta sauteuse, ta cocotte, et tu mets à feu doux une vingtaine de minutes, soit le temps de mettre l’eau à chauffer pour le riz qui accompagne, de mettre la table, laver les mains des enfants, mettre le riz dans l’eau qui bout, et te rappeler qu’avec du grain, c’est bien aussi.

Hop, une boite de haricots rouges à réchauffer 2 minutes, ni vu ni connu.

Vla. C’est pas compliqué tout de même. Et c’est bon. Tellement qu’on en oublie de faire une photo. In extremis, tu piques la dernière crevette dans l’assiette du voisin, tu chopes ton bridge et tu cliques.

Scoop, j’ai presque trouvé le nom que je donnerai à la chambre d’hôtes…à défaut de photos…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s