VER’sions…

Ben ouais, je me suis perdue…dans les limbes, au purgatoire ou dans mon Paradis, sais pas…

Toujours est il que absente je suis.

M’enfin, Gaston a gardé son poste à la Rédac, se serait un comble si je me jetais moi-même à la porte, pas vrai?


Ces temps ci, dès POTRON MINET, on se lève, on se vêt, on se magne, dare-dare, on ponce, on boit du café (enfin, ça c’est comme d’hab) et on s’éclabousse de peinture (j’exagère hein, le midi faut que j’aille chercher les minets à l’école, propre sur moi) et du coup parfois on se réconforte.
Et c’est pas moi qui le dit, mais la VERRINE est à la pointe du blog en ce moment.

J’aime beaucoup Annellenor (nan, c’est vrai, c’est même pas pour me faire bien voir, ou pour me faire une copine) et elle a des jeux sympas, plein de succès (c’est pas comme les miens) même si c’est à elle que je donne le premier prix tellement ce qu’elle fait est beau (nan, je vous dit que c’est pas pour me faire une copine, j’en suis pas là quand même)

Enfin, bref, ma participation à côté de la plaque mais en plein dans le Verre

La verrine avec le vert dehors…

Tiens, devines ce qu’il y a dedans?

Du biscuit écrasé, si, faut pas avoir peur, c’est très tendance l’écrabouillage de biscuit…
De la Framboise (hein, t’en as marre de la framboise?)

De la chantilly…qu’est ce? une matière GRASSE? OUI! De la crème liquide froide, très froide, comme mes sentiments en vous l’écrivant, avec du SUCRE…les anti capitons de l’été, où sont ils?

Voilà, au moins, t’auras le moral…

C’est insuffisant? te lever à POTRON JAQUET, c’est trop dur?

Pense au boulanger qui dans la chaleur de son fournil peut voir le soleil arroser la campagne, au marin qui regagne son port après la pêche pour les bourgeois de la ville, à l’infirmière qui se dit un instant que sa garde est longue, mais que la lueur qu’elle aperçoit de sa salle de pause c’est bien beau, à la femme de ménage qui se lève pour rendre plus agréable le lieu de travail d’un patron qui ne connaît d’elle que la couleur de sa blouse votée lors d’un conseil d’administration…

Te couches pas.

Va faire la fête avec tes camarades de la fac, celle de Lettres et Sciences Sociales, celles qui forme aux idées, qui fait réfléchir, qui te fait voir le monde d’un oeil plus grand…

Quand vous aurez redéfini les priorités du gouvernement, remis au goût du jour les livres, les lettres, la société, le genre humain, vous irez vous remonter le moral au Dubliners, vers Kerinou, en remontant la rue Jean Jaures, quel homme, et noyer votre chagrin dans un Irish Coffee…

Irish Coffee, le café Riche et In…

Tu fais un café fort dans ta cafetière jamais détartrée et qui fait le bruit d’un siphon qui se vide…(t’es étudiant, n’oublies pas)

Tu verses dans un verre qui résiste à la chaleur, tu le laves avant hein,

Tu mets deux sucres, et deux cuillerées à soupe de Whisky, bon, c’est pas Irlandais, God save the Queen (aïe, je vais me faire des ennemis là) et puis comme tu avais fait trop de chantilly, tu en rajoutes sur le dessus, tu chapeautes quoi…

Et là, le meilleur, c’est l’entre deux, avoir la lèvre dans la crème froide, le café chaud sucré et parfumé qui arrive par le dessous du verre…

Ça me rend jeune tout à coup…même avec la moustache. Et puis, ça me fait un coquetaile pour participer au Lolotte game

Alors, madame, je suis pressée de vous lire…

Publicités

CARI CAMARON BRETON

Voui, ma p’tite dame, j’ose!

Le Breton, c’est bien connu est voyageur…de là à s’octroyer des recettes, il n’y a qu’un plat que voilà!

Le Cari Camaron Breton, c’est tout bon!

Et facile.(pour 6)

Il te faut dans ta cambuse, de quoi cuire des crevettes. Ne m’accuse pas d’assassiner ces petites bêtes, elles sont belles quand elles sont roses, elles sont roses quand elles sont cuites…pas d’état d’âme. Sinon, tu les achètes déjà cuites…

Il te faut un bouquin de recettes réunionnaises, tant qu’à copier, le faire bien.(moi, je l’ai acheté là-bas, nanananana euh..)

Et chercher tes tomates (5 ou 6), ton thym (plein), ton safran pays, que si tu m’as déjà lue, tu sais que c’est du Curcuma (1càc).

En plus, tu mets de l’ail (2 gousses) et des oignons (3 ou 4). C’est de rigueur. Et de saison.

Tes crevettes cuites (500 g), tu les décortiques. C’est pas dur, c’est long. Mais, de toute façon, si tu as des enfants, ce sera encore plus long si tu le fais au moment du repas. Tu réserves, en couvrant.

Tu fait suer tes oignons, ils n’en souffriront pas, moins que toi qui a pleuré à les émincer. Tu piles ton ail avec ton curcuma, tu l’ajoutes à tes oignons.

Ca sent bon. C’est pas grave.

Tes tomates, tu les a mondées (enlève la peau quoi!) et épépinées. Si, c’est meilleur.

En plus, tu testes la lame de ton couteau en les coupant en quartiers.Ou en cubes.

(là, c’est pas cuit, encore)

Enfin, tu coupes.

Devines…

Oui, gagné, tu les fait glisser dans ton plat où mijotent déjà les oignons et épices.

Et puis tu ajoutes enfin les crevettes. Tu saupoudre de thym. Tu couvres ta sauteuse, ta cocotte, et tu mets à feu doux une vingtaine de minutes, soit le temps de mettre l’eau à chauffer pour le riz qui accompagne, de mettre la table, laver les mains des enfants, mettre le riz dans l’eau qui bout, et te rappeler qu’avec du grain, c’est bien aussi.

Hop, une boite de haricots rouges à réchauffer 2 minutes, ni vu ni connu.

Vla. C’est pas compliqué tout de même. Et c’est bon. Tellement qu’on en oublie de faire une photo. In extremis, tu piques la dernière crevette dans l’assiette du voisin, tu chopes ton bridge et tu cliques.

Scoop, j’ai presque trouvé le nom que je donnerai à la chambre d’hôtes…à défaut de photos…

Le Buffet de l’Expo et tag de Tiuscha!

Quand on déménage, que l’on change de maison ou de lieu, ou mieux, des deux, il faut sans cesse s’adapter, faire connaissance, poser ses marques, et finalement, se faire des amis…

Depuis que je suis dans le Morbihan, j’ai connu des gens croisés par hasard, par le blog, comme Anso, mais il reste qu’en dehors des relations de travail, l’école est le meilleur lien social pendant un congé parental. Toutes les connaissances que je n’ai pas faites quand je travaillais, les maîtresses dont je connaissais le nom mais à peine le visage, c’est de l’époque ancienne…à présent, arriver à l’école, c’est comme quand on est petit, on fait la bise à toutes ses copines! On oublie presque qu’on vient chercher les garnements qui en profitent pour saisir le vélo qu’ils n’ont pas eu à la récré, ou jouer avec les enfants qui attendent que les grands aient fini de parler.

Et, on se lie d’amitié.

Tiuscha me pose des questions bizarres…ma couleur préférée? euh, la couleur en général…pour preuve ma cuisine framboise (les murs hein), mon « barplandetravail » bleu lavande et mon tout récent mur de salon vert anis.

Pour l’occasion, j’ai proposé de faire quelques amuse-bouches, parce que ce qu’ils font est beau, et parce qu’on vote du même côté!

L’Expo de H et G, mes amis de talent.

Un peu d’organisation pour préparer sans contrainte majeure quelques petites choses à grignoter, salées et sucrées.

J-2: les fonds de mini-tartelettes:

Pâte sablée salée classique pour 60 mini tartelettes: 500 g de farine T55/ 250 g de beurre demi-sel/ 5 càs d’eau/ 1 càc de muscade rapée

Sabler la pâte en mélangeant du bout des doigts (ou au robot, mais je ne le dit pas trop fort) le sec (farine et muscade) au beurre. Une fois que la « chapelure » est formée, ajouter l’eau petit à petit, et former une boule. La pâte ne doit pas coller aux doigts.

Laisser reposer 30 mn. Préchauffer le four à 180°.(chaleur tournante ou multiniveaux si vous pouvez pour gagner du temps.)

Ah ouais, matière préférée, ça c’est facile, le naturel aussi, coton, lin, soie, en fonction de mon buget pour l’ordre:-/

Etendre la pâte (en deux cercles ou un seul si vous avez la place). Utiliser un découpoir de 6 cm, et foncer les mini-tartelettes dans l’empreinte en appuyant bien sur le fond. (j’ai un moule silicone noir). Passer légèrement une fourchette pour piquer la base.

Enfourner 12 mn.

Pâte sablée sucrée pour 60 minitartelettes; j’ai fait la recette du KA, la pâte est souple, facile à travailler, et délicieuse.

450 g de farine T55/ 225 g de beurre demi sel/ 75 g de sucre glace/ 6 jaunes d’oeufs/ 3 càc d’eau glacée/1,5 càc d’essence de vanille.

Sablez la pâte vitesse 2 (farine et beurre). Tamisez le sucre glace sur cette « chapelure ». Fouettez les oeufs, l’eau et la vanille. Versez l’ensemble sur le premier appareil. Mélangez jusqu’à amalgamer la pâte. Former une boule et mettre au frais filmé pendant une heure.

Elle suppose l’utilisation du robot, mais en sablant la pâte comme pour une pâte classique, puis ajoutant les oeufs et enfin l’eau et la vanille, le résultat doit être le même.

Découpez et foncez les mini tartelettes comme précédemment et pareil pour la cuisson, 12 mn à 180°.

Odeur préférée…euh, j’ai succombé à celle du pain d’épices récemment, mais sinon, les parfums de luxe chers et très bobos, comme « Miss Dior » et « Arpège » its mine.

Vous pouvez congeler l’ensemble, vous les sortirez le matin du jour J.

H-5: Gougères.(sortir les fonds de pâte)

Les Gougères, choux au fromage, pour 100 pièces:

C’est très facile à faire, le plus long c’est d’attendre entre les deux fournées! J’ai utilisé du gruyère, mais le goût sera encore meilleur avec votre fromage préféré, ou de la Mimolette ou pourquoi pas du Maroilles.

200 ml de lait/ 200 ml d’eau/ 180 g de beurre demi sel/ 2 càc de sucre en poudre/ 200 g de farine/ 6 oeufs.

Dans la casserole, versez l’eau, le lait, le beurre en petits morceaux, le sucre, faites fondre l’ensemble et portez à ébullition. Dès les premières bulles, sortez du feu, versez d’un coup la farine et avec la cuillère en bois, mélangez jusqu’à former une boule. Remettez sur le feu très doux pour assécher la pâte.

Enfin, casser les oeufs les uns après les autres, en mélangeant bien entre chaque.

Ajoutez le fromage.

Préchauffez le four à 180°

Avec une cuillère à café ou une poche à douille (c’est plus rapide) formez des petits tas sur une feuille de cuisson ou équivalent, et enfournez 20 mn. N’ouvrez pas la porte avant la fin. Ensuite, baissez à 160° et ce pendant 10 mn.

Gourmandises préféréesTiuscha, ça c’est indiscret. Je dévoile un truc que jamais personne n’aurait su sinon: le chocolat, et un très bon gâteau avec une très bonne amie dans un endroit très agréable.

Laissez refroidir avant de décoller. Et recommencez jusqu’à la fin de la pâte.

H-2: chez votre copine, les préparations à base de pâte feuilletée et le garnissage des fonds de mini tartelettes.

2 pâtes feuilletées/ 4 tranches de saumon fumé/ 2 rouleaux de fromage de chèvre/ 8 saucisses de Strasbourg/ une boite de petits lardons/ 300ml de crème fraîche liquide PAS allégée/ trente framboises/ 2 càs de sucre glace/ les fonds de pâte(!).

Si vous avez la chance et le temps de faire vous même votre pâte feuilletée…sinon, achetez là en veillant bien à l‘absence d’acides gras hydrogénés…le vrai beurre, y a que ça de vrai…

Les palmiers saumon/ chèvre.

Formez un carré avec votre rond de pâte en repliant les bords.Étalez le saumon équitablement, s’il y a des vides, ce n’est pas dramatique. Coupez votre bûche de chèvre en fines tranches et dispersez sur le saumon.

Ce que j’aime recevoir? les gens. Mes amis. Des cadeaux surprises, comme la Clarinette.

Préchauffez à 210° le four.

Roulez le côté gauche de la pâte, en serrant autant que possible, jusqu’au milieu du carré. Roulez le côté droit de même.

Découpez en tranches de 5 mm d’épaisseur ce drôle de boudin double, et posez à plat sur une feuille de cuisson.

J’ai obtenu entre 25 et 30 petits palmiers en moyenne.

Faites cuire 10 mn d’un côté, retournez les et réenfournez pour 10 mn.

Ils doivent être dorés et croustillants.

Les friands à la saucisses: tellement simples que je vous laisse imaginer…mais bon, je vous aide…formez un carré avec la deuxième pâte, faîtes des bandes de 6 ou7 cm de large (assez pour entourer la saucisse), badigeonnez de jaune d’oeuf, coupez en tronçons de 5 cm et enfournez à 210° pendant 10 mn.

Avec les fonds de tartelette salés:

Les minitartelettes chèvres lardons. J’en parle déjà . Mais samedi, j’ai simplement coupé la bûche de chèvre et posé quelques lardons dessus. Cuire 10 mn.

Les mini tartelettes chantilly framboise. (Euh. de loin ce que j’ai préféré…)

Pour monter la chantilly, deux règles indispensables: de la crème liquide pas allégée (j’ai essayé allégé, niet) et très froide.

Fouettez. C’est tout. Jusqu’à la formation de becs d’oiseaux. Saupoudrer de sucre glace un peu avant la fin, et voilà.

Le style de ma déco..eh eh eh…ça, c’est une question piège: le contemporain classique et chaleureux, enfin, j’essaie. Pour résumer: une maison en bois donc des poutres, la table Le corbusier donc du verre, et du confortable Du Suédois. Et de la couleur, même pas peur.

Mettez tout in the pochadouille, embout étoile, et faîtes vos petits ronds dans les fonds. Chapeautez de la framboise.

Si, en plus, il vous reste de la chantilly, vous pourrez faire un Irisch coffee pour vous remettre, le soir.

Les mini tartelettes au citron:

Une recette , mais celle ci est différente…pour des raisons de timing, I am très overbooquède en ce moment, alors, la recette plus tard…

La chambre d’hôte mûrit, ceci explique cela.

Quiqui suit? Vanille, Moony, Marcus, Florianna, Helène, Lénaig, ouf, 6! mais si vous ne pouvezvoulezavez pas/encore/déjà…je vous pardonne!


Quiche, mais méthodique…

Où comment j’apprends à me passer de papier cuisson et autres artifices pour cuire une pâte à blanc…

Depuis le flan pâtissier de Marianne Magnier Moréno et le pliage de la pâte en une boursouflure sur tout le haut de la pâte, j’ai appris par une vidéo sur internet, le coup de « pincer » la pâte, ce qui rend joli en plus.

La Quiche qui s’y croit!

Pâte sablée toute simple: 250 g de farine/ 125 g de beurre demi sel/ 3 ou 4 càs d’eau.

La faire reposer 30 mn au frais, l’étendre au rouleau. Puis, astuce une, si votre pâte est trop grande à manipuler, enroulez là autour du rouleau, puis déroulez sur le plat à tarte.

Foncez la bien, c’est à dire, collez bien au fond et aux parois la pâte. Ce qui dépasse, vous en faîtes un bourrelet tout le long du plat. Il en dépasse encore? vous passez le rouleau sur les bords du plat pour couper l’excédent.

Ensuite, une main au dessus du plat, l’autre à l’extérieur. Elles se regardent. Celle qui est dehors utilise le pouce et l’index comme une pince, j’entends, pulpe du pouce contre celle de l’index. Celle qui est dedans va appuyer le bord haut de la pâte, le bourrelet, dans cette pince et former une pointe. Et re et re et re, jusqu’à faire tout le tour de la tarte. Photo une. On peut se dire que la pâte se repose sur le bord du plat.

C’est très compréhensible en image, mais j’ai perdu le lien de cette vidéo…avis aux chercheurs du net! ICI merci!

Dernière étape, piquer avec une fourchette.

Enfourner 20 mn à 180. Et Ô miracle, la pâte reste en place, obéissante…photo 2.

Alors là, on se penche sur le bac à légumes du frigo et on constate qu’il ne reste qu’une courgette et un demi poivron. Juste bien. Faire revenir 10 mn avec un peu d’huile d’olive ces légumes découpés en tranches et en lanières.
Les mixer, parce que vous avez trois chameaux qui n’aiment pas les légumes quand ça ressemble à des légumes.

Et comme vous avez fait l’effort de sortir le blender, mixez aussi 3 oeufs avec 100 ml de crème (ou autre liquide adéquat) et une boule de mozarella.

Couvrez le fond de pâte avec les légumes puis la crème, enfournez 25 mn à 210…

Et passez à table.
Servir avec une salade verte.
La prochaine fois, je mettrai des épices, c’était un peu fade. Mais bon.