Entre le Ciel et la Terre, le Paradis et l’Enfer…

Il y a Nous, les Fourmis humaines, qui vivons, travaillons, et aimons….

Et le Plaisir

Plaisir quand tu nous tient, moi, je ne te lâche plus…

Depuis que j’ai commencé ce blog, je m’amuse…je me marre, je m’esbaudis des vôtres, je reste baba souvent, j’apprends tous les jours, et j’ai du plaisir à le faire…

Et, mon Plaisir se transmet parfois dans ce que je fais.

Ainsi, le Chocolat…j’aimais, j’aime, j’aimerais toujours le chocolat…

Ainsi, la Mangue…passionnément actuellement…

J’ai nommé ce billet ainsi, pour ces petits chapeaux noirs de Chocolat, le ciel et la Terre ou le Paradis et l’Enfer…autour d’un nectar de Mangue, Plaisir absolu…

Voici la façon de faire ces

Bouchées d’EternitéEt rien d’autre

Il vous faut pour les Petits chapeaux:

  • 155 g de farine T45
  • 2 càs de cacao
  • 1 càc de levure
  • 3/4 de càc de sel
  • 150 ml de lait de coco (au lieu de 100 g de beurre)
  • 1 càs d’huile d’olive (pour remplacer le gras du beurre)
  • 200 g de chocolat 70% ( au lieu de 180 g)
  • 100 g de sucre en poudre (au lieu de 110)
  • 2 oeufs

Dans une terrine tamiser la farine, le cacao, la levure et le sel…

Dans un bol, au bain marie faites fondre le chocolat avec le lait de coco.

Une fois fondus, ajoutez le sucre et mélangez. Continuez à battre et ajoutez les oeufs, puis l’appareil de farine.

Laissez raffermir 20 mn au frais.

Préchauffer le four à 180°.

Sur une feuille de papier cuisson, avec une douille, former des petits ronds de chocolat en les espaçant légèrement.

Enfourner 7 mn…ça passe vite…vous pouvez préparer la deuxième feuille en attendant…

Pour la préparation de la ganache de Mangue, je ne savais pas comment faire pour obtenir quelque chose d’assez pommade pour éviter les coulures sans utiliser d’additif style feuille de gélatine (j’aurais eu de l’agar-agar, je pense que je l’aurais utilisé)

Donc, je n’ai pas fait un coulis, mais j’ai simplement cuit à la vapeur puis mixé, avec 1 pincée de curcuma pour accentuer la couleur (et donner un léger goût)…j’essaierais bien le piment plus tard. Une seule mangue suffit (300 g) il me reste pas mal de « compote »

Une fois les chapeaux cuits, les laisser refroidir, utiliser ou une douille (la mienne était occupée avec le chocolat) ou une petite cuiller pour tartiner délicatement la mangue sur l’envers d’un chapeau..c’est quand même assez liquide, donc seule la réfrigération permet de durcir un peu le dispositif.

Chapeauter.

Les petites corbeilles étaient utiles pour faire tenir les bouchées.

Il devait y avoir une quarantaine de bouchées en dentelle.

Et un car de Fans, prêts à tout dévorer….

Aparté: je suis assez fière de mes photos, prise avec mon nouveau bridge numérique…je peux approcher l’objet jusqu’à le toucher de l’objectif…il faut cesser de respirer, mais le résultat me plaît. Comme cette recette. Je me suis inspirée de celle de Marie claire cuisine des fondants au chocolat…

Advertisements

19 réflexions sur “Entre le Ciel et la Terre, le Paradis et l’Enfer…

  1. Disons le tout net parce que tu as fait semblant de ne pas le voir, oserai-je le dire, moi si pudique? Ce « fond » très très oriental par le motif et la matière, très sensuel par la couleur plus (attention!)cet assemblage, ce rapprochement de …tétons chocolatés, voilà une recette quasi libertine!NB: le lait de coco contient du « gras », alors je ne suis pas sûre que l’huile soit indispensable!Dis, j’peux monter dans le car?

  2. Tu m’etonnes que tu es fiere de tes photos, il y a de quoi! Et moi, c’est devant ces bouchees magnifiquement reussies que je reste baba!

  3. Alors là Tifenn, il va falloir que tu m’expliques : tu le trouves où le temps pour réaliser toutes ses merveilles… si tu sais où il est ce temps, dis moi, tu peux me dire où il est???

  4. Se nourrir de la tête aux pieds ? ma foi, l’étrange gymnastique !voyons ce que cela impliquepour qui voudrait s’y essayer :Et d’abord, par où commencer ?nourrir la tête ou bien les pieds ?mes pieds nourris, je suis en marche(avec le cerveau d’un potache !)Et si j’ai la tête bien pleine traverser les Bois de Gahennetiendrait de l’exploit, pour tout diren’étant ni mage ni fakirMener les deux à satiété ? pour cela, il faut inventerune énergie spirituellequi soit à la fois fonctionnelleJe n’en vois pas de prime abord il me faut réfléchir encorej’entrevois une solutionvérifions la démonstrationEt si la clef était l’amour ? le fort et bel et tendre amourcar il y faut un souffle d’âmeet carburer tout feu, tout flammeIl faudrait donc, s’il se peut être à la fois mangeur de feuet ce clameur de sérénadedéclérant sa flamme en ballades« Mon amour comme je t ‘adore mon bel amour, je te dévore »mais l’amour est un combustiblequi fait péter bien des fusiblesUn jour, on s’offre un cattleya le lendemain, moral à platon va dans les Bois de Gahenne perdre son corps, noyer sa peineSe nourrir de la tête aux pieds ?le beau dilemme, en vérité

  5. ces photos sont splendides! et puis la présentation de tes petites gourmandises ; c’est carrément bluffant ! c’est beau ; c’est bon ! que du bonheur !bon week-end, patoo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s