La Cocotte (ou presque) et la Mer (ou presque)…

Il me l’avait glissé au creux de l’oreille…

Vous rappelez-vous de François Maho? mais si, le producteur de ce cidre, si bon et si sauvage…ce cidre, qui en bouteille, sommeille en chacun de nous et qui a l’air si innocent…cette mini bombe

Au début je n’avais pas saisi car il marchait de mon côté gauche, le plus faible au niveau auditif (parce qu’au niveau idéologique et autre hein?).Et il était tellement plus haut que moi, pas loin du mètre quatre vingt dix, c’est sûr, qu’avec le vent ses paroles se sont envolées bien vite…

J’ai du les rattraper en me disant bien que pour apprendre il faut savoir poser des questions. Et oser.

Bien m’en a pris!

Il y a eu la bombe, 6 à vrai dire, et puis cette petite phrase: « Pintade au Cidre »

Le cidre… une odeur, une sensation…l’écume de la mer toute entière pressée dans une bouteille, la force de la vague prête à la faire surgir comme un Poseïdon avide de rappeler à l’Homme que le maître, c’est la Mer…

Nous avons finis les 6 bouteilles…pas six fois une, mais six fois une partie de la marée…ou uniquement la marée basse!

Nombreuses pressions d’éponge sur ce nectar perdu, deux fous rires, jaunes comme ce soleil en bouteille qui se refusait en partie à nous.

La bataille terminée, les soldats rangées, le guerrier méritait repos…

Je me suis attaquée à la volaille, faible gibier, facile à cocotter!

Adepte du plus simple, j’ai posé ma Pintade dans un plat en terre à bords hauts, j’ai versé le cidre jusqu’à la cuisse charnue…

Dans ce bain à bulles j’ai rajouté 3 ou 4 pommes (ce qu’acceptait le plat en fait) épluchées et coupées en quartiers…

Une feuille d’aluminium en guise de couvercle (mais un couvercle de tajine aurait mieux convenu, le mien était trop grand), j’ai enfourné 1 heure dans un four préchauffé à 230 °C

Ce fut un régal!

Le cidre a extrêmement parfumé la viande, les pommes ont adoucis l’ensemble..il y avait un fumet délicieux tout le long de la cuisson…

Le lendemain j’ai réchauffé les restes avec le romarin déco de la photo, les pommes de terre dans le jus de cuisson, un délice…

Mettre la Bretagne en bouteille, la laisser libre un peu, tout pour être heureux!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s