Le Far aux pruneaux

La recette que j’ai tellement souvent ratée, que j’en achetais à la boulangerie…jusqu’à cette recette là!

Conditions climatiques:
n’importe lesquelles, on en mange partout, même en mer, hein môman?

Ce qu’il faut:

  • 250 g de farine
  • 6 oeufs
  • 100 ou 150 g de sucre en poudre
  • 1 L de lait
  • 1 plat à far…
  • des pruneaux, ou des raisins secs ou rien!

Méthode:

Préchauffer le four à 210°C,

Mettre le lait sur le feu, sans atteindre l’ébullition;

Pendant ce temps, fouetter les oeufs avec le sucre et incorporer peu à peu la farine; à la fin on a le bras qui souffre un peu, c’est bon signe!

Le lait est chaud, le verser doucement en continuant à mélanger,

La pâte ainsi obtenue, est semblable à la pâte à crêpes (hi, hi, ça vous aide?) fluide!

Beurrer le plat, le four est chaud, mettez le liquide dans le plat, les pruneaux répartis équitablement dans la préparation, le plat dans le four et voilà!

45 mn à 210, laissez refroidir avant de couper, sinon vous aurez du far « dilaved » (phonétiquement parlant!);

Chez nous, c’est vite mangé!

Publicités

2 réflexions sur “Le Far aux pruneaux

  1. mhiosiwuAllons-y pour le « hein môman » !Pas gênée cette nana là !Ah le far ! mieux que le pâté hénaff, l’ami du mataf, le far aux pruneaux pour quiller l’bateau !Comment naviguer sans peine et sans (100…) critiques ? Offrir à l’équipage naïf un solide (re) constituant culinaire : le far ! Le proposer à un moment propice (pour celle là, se mettre sous le vent )avec un méga sourire du genre » mes ancêtres sont arrivés jusqu’à moi grâce à ça  » ou encore  » je l’ai préparé exeprès pour aujourd’hui » et pour affermir leur joie, accompagner d’une bouteille de bordeaux ( un picrate est moins adapté au suprême luxe que l’on vit alors ). Là, les visages pourraient se transfigurer en trognes tant l’ambiance correspond).Les plus courageux essaient aussitôt l’étouffe-chrétien, en mâchant lentement, histoire de complaire à la maîtresse de bord, les autres, snobszouidiots attendent d’avoir VRAIMENT faim (parce qu’il n’y a que ça, en plus, non mais !). »non merci, je ne suis pas tenté, sans façon, c’est gentil ! » La croisière continuant et le vent forcissant, qui seront les plus joyeux ? Ceux qui se seront calé la panse (debrebisfeursde) et qui auront leur centre de gravité bien lesté, tandis que les autres (les snobsouidiots) tâcheront à ce moment seulement d’approcher de leur gosier affâmé une part de ce qui reste, et c’est dur de manger d’une main quand l’autre s’agrippe n’importe où pour ne pas perdre l’équilibre !Le far de tifenn, la fin (faim?) de la peine !(Bon, pas terrible, je fais ce que je peux à cette heure! )

  2. hummm le far, pour moi c’est sans pruneaux, mais qu’est-ce que j’aime ca !!merci pour ton message qui me permet de decouvrir ton blog !! j’ai hate de decouvrir la suite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s