L’été qui dure encore un peu…(Salade de Tomates anciennes)

Qui a, ou mangera avec moi, peut apprendre beaucoup sur le plaisir que j’ai à apprécier les choses simples.
Parfois, alors même que les enfants se chamaillent, parlent tous en même temps, crient, éparpillent leur graines de couscous à 360 degrés autour de leur assiette, il peut se créer dans mon esprit, par l’intermédiare de se qui se trouve sur mes papilles, une sorte de bulle de silence, concentration intense de ce que je suis en train de faire, manger.
Ce midi, j’étais seule.
Oui, les enfants ont été laissés à la cantine, parce que ingrate, je ne voulais pas qu’ils aient en plus le trajet aller/retour à faire en vélo, sur MA pause de midi ;-). Ils auraient eu à peine un quart d’heure pour avaler, ce qui est bien trop rapide. Sans compter la fatigue.
Maintenant, les jours sans voiture, c’est jour de cantine

.
Enfin, bref.
Ce midi j’étais seule.
Et donc, j’ai mis dans mon assiette les choses qu’ils n’aiment pas, sauf si c’est caché: les échalotes, la ciboulette..tous les trucs où ils disent: "c’est quoi ça, ce point vert?" ou alors "maman, t’as mis des oignons!" mais non, des échalotes, ce n’est pas pareil, "oh mais je n’aime pas les oignons!"
Bref.
Ce midi, seule, j’ai pris quatre tomates du jardin, le mien et celui du voisin qui n’est pas là en dehors des vacances, et on a de la chance, ses tomates sont belles….

SALADE DE TOMATES, ANCIENNES, un plaisir majuscule...

Quatre tomates:
Une verte, une jaune (coeur de boeuf jaune, je ne vous dis pas) , une noire (de Crimée je crois) et une coeur de boeuf rouge…(vous avez remarqué, uniquement d ela chair dans ces coeurs de boeufs, juste 2 ou 3 graines!)
3 brins de ciboulettes coupés en tronçons,
1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
3 càs d’huile d’olive
1 échalote émincée très finement
Sel et poivre…
Couper les tomates en dés, faire la sauce, mélanger, déguster.

Le dernier détail que vous saurez si vous mangez avec moi, c’est que ma gourmandise fait: mmmmmmmm.