J’allais encore Oublier les Oublies…Pour la Photo.

Quoi, tu sais pas ce que c’est qu’une Oublie?

Bon, d’accord, c’est pas le nom exact, Au XIIIème  (Not in Paris, but the century) on disait "Oublies renforcées" (pour pas casser?).

Elles étaient vendues par des marchands ambulants (ben c’est ça, pour pas casser) qui s’installaient entre autres sur les parvis des églises. (Faut se souvenir que les églises, y avait du monde, on y mangeait sans doute autant qu’on y priait, ça devait être un sacré foutoir).

Au XVIème (pareil), c’est François qui était fan.

Tu as un doute?

Va voir chez Nawal, elle t’explique. Et je confirme avec les extraits ci-dessus, très flous, du plus gros livre de cuisine que j’ai à la maison, celui de S.G.Sender et Marcel Derrien sur "La grande histoire de la pâtisserie-confiserie française".

Oui, je sais, y a deux bouquins, mais c’est une blague pour ma copine :-) (euh, et puis sur la bibli derrière, no comment).

Les gaufres, j’en fait souvent. C’est le goûter rapide, le plaisir du chocolat saupoudré dans les petits carrés, le sucre qui croustille sous la dent en même temps que le moelleux tiède t’envahit le palais.

Et depuis quelques mois, je fais la même recette, celle d’Heidrun, notre amie allemande repartie en Allemagne, non sans nous avoir fait cadeau d’un gaufrier. Celui qu’elle utilisait quand les enfants allaient chez elle jouer avec les siens…ils fabriquaient des gaufres vertes ou roses, j’espère vraiment qu’elle peut continuer à utiliser son esprit créatif no limit, à Hambourg…(Des parfums roses et des parfums verts qui sentent la cannelle?)

La recette est écrite de sa main, je te la mets telle que. Juste, cette fois j’ai modifié, je n’ai pas utilisé de Cannelle mais de la fève Tonka (celle de Natacha). Une demie, quasiment.

Le livre, c’est Michael Connolly, "Le verdict du plomb". Faut lire du léger quand on attend la cuisson de la gaufre. Et puis j’aime bien Harry Bosch. Sauf que là, c’est pas avec Hieronymus, c’est avec Heller. L’avocat. Celui de "La défense Lincoln".  J’aurais pu, pour rire, compter les polars qui sont dans la bibliothèque quand je l’ai rangée le week-end dernier, mais vraiment non, c’est indécent. Puis, je préfère faire croire que je lis des trucs intello. Parfois.

Ah oui.

Pour le concours, je choisis une autre photo.

J’ai pas pu m’empêcher. C’était trop tentant. Tous ces petits coeurs. Et la gaufre.

C’est bon, quand même. mmmmmm.

 

Bal de Champignons !

fotofoodnovembre2150px

Un peu de Musique?

Quand les Misses Nawal et Dumè ont annoncé le thème de ce mois ci, j’ai du faire un genre de grimace qui dit "beurrh".

Pas que je ne les aime pas, mais plutôt que je ne les connais pas mais alors, pas du tout!

Les champignons et moi c’est la trouille et finalement,c’est dans  les rayons des supermarchés que je les trouve.

En dehors de ça, si quelqu’un d’autre les cuisine, pas de soucis, je mange.

PB086677PB086686

Et voilà ti pas, que je me prends au jeu:

Je cours en forêt: je repère les moindres taches au sol,

je fais du vélo: je m’arrête pour soulever une branche,

je vais passer la journée en famille: j’embauche tout le monde pour trouver des Champignons!

En fait, sous la pluie et dans les sous-bois, je me retrouvais à genoux, à zoomer sur un truc blanc ou marron, des trucs mouillés et brillants, des noirs, des ronds, des difformes, des cassés…des groupes, des isolés, des "beaux" des "moches", des bizarre et des drôles.

PB116783

La société du champignon.

PB116805

Tiens, regarde toi, qui surgit du tronc d’arbre, frêle, fragile, presque transparent, on te verrait mieux à nager dans l’eau de la mer, tu ressembles à une méduse. je te nomme "champignon des abysses".

PB116830

Et toi, qui soulève une montagne de feuilles d’automne, qui pleine d’eau doit peser une tonne!  Un coup de vent ne te fait pas frémir, seule la patte du chien te casse le pied et tu te retrouve au sol, désarmé.

PB116801

Toi, t’es un futé! tu pousses à plusieurs, à partir d’un seul pied! l’avantage, tu tiens bien debout, l’inconvénient? vous tombez tous en même temps!

PB116852

Et vous, les petits blancs, en forme de coupe, j’imagine bien les petits lutins venir s’y abreuver la nuit…ou les korrigans, s’abriter sous ton parapluie.

PB116861

Toi, j’t’aime bien. T’étais juste à la hauteur de mes yeux, pas eu besoin de me pencher. T’es fiable, enfin, t’en as tout l’air avec ton beau chapeau dodu, ton allure droite, ton apparente bonhommie. Tu étais en haut d’un talus, c’est toi qui a fini de me tremper de la tête aux pieds, quand je me suis appuyée en entier sur les feuilles et l’humus qui te faisaient comme un rempart. Je ne regrette pas.

PB116857

Et puis, vous, les cousins de la créature abyssale là haut…cette fois, vous êtes nombreux, plus forts, et c’est étrange, mais je crois voir en vous regardant bien, comme une lumière, sous votre chapeau de perlimpinpin. Une famille de lanternes, en novembre, voilà donc le secret de ces forêts oubliées, où pas grand monde ne passe, surtout à la Miz Du.

Tout cela pour dire que je ne vous connais pas mieux, mais que je vous vois mieux. Et qu’à mieux vous voir, un jour je vous reconnaitrai…et nous pourrons nous dire que ces grâce à ces dames Dumè et Nawal que nous aurons faits nos premiers pas.

Vive la photo et ces jeux délicieux!

Voilà mesdames, je vous donne la photo que je préfère, celle qui ne ressemble pas forcément à un champignon, mais celui là, je l’ai mangé, c’est le seul que je connais, la Coulemelle…j’aime le dessin de ses lamelles, qui font comme les plis d’une robe, j’aime y passer mon doigt j’ai l’impression de tourner les pages d’un livre précieux tant elles sont fines…

Champignons novembre

A vous autres, déçus peut-être de ne point voir de recette, je vous demande pardon. Au moins, j’espère vous avoir donné envie si ce n’est de manger, de participer…c’est le moins que je puisse faire.

fotofoodnovembre2150px

Votre Eté en Mosaïques!


Voilà.
Vous avez trouvé le temps de trier vos photos, d’en faire une carte postale de l’été 2009, vous avez bien fait!
Ce qui m’a fait plaisir aussi, c’est que les mondes se sont mélangés pour l’occasion.
Une non blogeuse a participé, et, à la sphère "culinaire" à laquelle ce blog appartient, s’est ajouté une participation "littéraire"….le monde des mots et le monde des mets, le monde de la "real life" et de la "blog life", se sont rejoints pour des plaisirs communs (dans le sens "ensemble"), celui de la photo, des souvenirs et du partage.

Ma "non blogeuse" très attachante, Lola, m’a envoyé sa participation estivale en PDF et je suis trop nouille pour réussir à en modifier le format, donc, Lola…je vais y travailler encore ;-/
Et hop! merci Lolà!

Les autres, j’ai préféré faire un album…il suffit de cliquer pour avoir un diaporama.
Dans l’ordre, je vous présente les participations de Marjolaine, Maya, Babeth, Virginie, Muriel, Marie, Roréa, Mlle Nanou, Marie France, et enfin Dumè la voyageuse…

Mosaïques estivales

Quand je disais que le côté Mots s’est associé au côté Mets, c’est parce que sur mon autre blog, que certains d’entre vous lisent aussi, j’ai proposé de répondre au tag "bleu" à qui voudrait…et j’ai eu des participations aussi de blogeurs culinaires dans cet autre monde.
Autant dire que le bleu m’a mise sur un petit nuage!
Alors hop, un deuxième petit diaporama, avec les participations (après la mienne) de Lola, Charles, Roréa, Virginie, Maya…et Marjolaine ici aussi ;-)

bleu

Alors?
Ne démarre t-il pas bien cet automne?
Merci à tout le monde!

"Racontez moi vos vacances" en photo! (date de fin: 21 septembre)

Hier soir, ce matin je ne sais plus, il faisait nuit, j’étais perdue dans mes pensées et mes photos à trier…
En deux mois, j’ai enclenché presque 5000 fois, d’après le compteur de mon APN.
Parfois, je suis raisonnable et je supprime avant même de mettre sur la machina des photos qui n’en valent pas la peine.
Mais, il faut reconnaître aussi, que sur celles que je garde, peu méritent d’être gravées, voire imprimées.
C’est pourquoi, cette nuit, je voyageais dans le temps, chaque image me rappelant des souvenirs, des moments de joie pour la plupart.
Me reviens en mémoire le magnifique billet de Dumè…
Alors, adorant les mosaïques, ces tableaux qui résument en quelques photos ces instants parfaits, ou qui permettent de garder l’essentiel, j’ai conçu celle de mon été 2009, 20 photos je crois de deux mois de vacances…
Et si vous voulez vous y mettre, comme Marjolaine l’a fait (FB, bel outil de partage!), un petit mail (senourrirdelateteauxpieds[at]gmail.com) pour que je fasse un "album été 2009" de vous tous, bloggeurs ou non bloggeurs…avec une date limite, le 15 septembre, histoire de commencer la rentrée en douceur…
Ah, oui, je vous la met, quand même…(si vous cliquez dessus, elle doit pouvoir se faire grande…)
Un petit rappel, à moi aussi, il ne reste que 3 jours pour le concours photo "pasta" de Nawal et Dumè(ne faites pas semblant de ne pas savoir! ;-) )
Je sens que nous allons nous revoir très vite!

Le FarZ de Pat, et le Tour du Monde en 80 jours! (enfin)

Il se trouve qu’on est voisins.
Enfin presque.
Un point de Bretagne, un Aber, nous voit passer, lui depuis pfff allez à la louche, 50 ans, et moi, à la petite cuillère, quelques jours par an, pour les grands parents de mes enfants.
Ouais.
Ça c’est en vrai.
En faux, sur le net, ça nous arrive de se parler, de se chicaner, de se bidonner, souvent.
En vrai, je suis toujours pantoise devant son érudition, et sa pédagogie. C’est la faute de son blog aussi.
Et du coup, le jour où un de ses potes m’appelle: "Bonjour, je suis un ami de Patrick, on voudrait venir…", tu penses bien que j’ai eu peur. Peur comme un défi. Une réputation se fait c’est facile, mais il faut qu’elle tienne, et c’est plus dur!
Il y a des jours avec, des jours sans et les jours où il ne faut pas que ça rate.
Bref.

Il m’a dit, le Pat’ (à moitié vexée j’étais) :’t’as qu’à faire la recette de mon Farz comme ça t’es sûre de ne pas le rater"
S’il y a bien un truc que je ne rate jamais c’est le Far me disais-je.
Vexée j’te dis.
Mais bon, bonne pâte aussi.
J’ai suivi la recette du FarZ de sa grand mère.
Je me suis usé le bras. J’ai du faire des pauses. J’ai hurlé devant la quantité de beurre.
J’ai applaudi en voyant "les vagues, la marée montante" se faire dans le four.
Et j’ai servi.
La leçon: moins de beurre pour moi quand même.

Et puis je l’ai refait. Oui, le Far en ce moment c’est une fois tous les deux jours en gros, pour te dire à quel point je connais la bête.

J’ai adapté, j’me suis permis.
D’abord, je garde définitivement la technique de la cuillère: ça a beau faire mal au bras, c’est indéniablement ce qui fait la réussite de ce FarZ là.

Ensuite, je pose les proportions suivantes:
250 g de farine/ 6 oeufs/ 130 g de sucre/ 3/4 de litre de lait/ 75 g (grosso modo) de beurre demi sel/ une bonne cuillère en bois.

La technique c’est de poser la cuillère à l’envers, le dos de la cuillère soulève la pâte quand on mélange. Ça fait entrer de l’air, ça soulève, ça décolle des bords du bol quand tu tournes.
Dans un cul de poule tu verses ta farine, tu creuse un puits dans lequel tu casses tes 6 oeufs.
Et tu touilles avec des mouvements amples ta cuillère, jusqu’à ce que la pâte soit lisse et sans grumeaux.

Je te l’ai dit, ça fait mal au bras. Alors parfois tu fais une pause. Tu prépares tes pruneaux.
Tu pèses ton beurre.
Ensuite tu ajoutes le sucre, le mien est roux comme d’habitude.
Et tu re mélanges.
Et puis le lait.
Avant, je mettais un litre et je faisais chauffer.
Là, 3/4 de litre froid, enfin, tempé ambiante, et entier.
D’aucun dira que c’est encore trop.
Je répondrais: chaque chose en son temps.
Là où je respecte aussi, c’est la pause.
Comme une bonne pâte à crêpe, faut laisser reposer.
J’en profite pour chauffer le four (210°) avec les plats dedans (oui, deux un grand un petit, un familial et un pour les Zôtes) et le beurre dans les plats.
Tu attends le temps d’un verre de vin, tranquille. (oui, et alors? je bois du vin, le soir, après le repas, quand tous les enfants sont au lit, c’est mon plaisir à moi, en regardant un bout de film, ou en lisant un livre)
Et puis tu verses ta préparation dans les plats, le beurre monte en surface, tu répartis, comme il dit le Pat’.
Enfourne.
Bon, ensuite, tout dépend des fours pourra-t-on dire.
Moi, je laisse à 210, 30mn.
Ça me va.
Au bout de 10 mn j’ai vu les bords monter très haut (quand j’ai fait la recette exacte c’était impressionnant) et le dessus se boursoufler. Avec mes proportions ça le fait moins, je reconnais. Mais quand même. J’aime.
Demain, je refais, avec les proportions de Patrick et 50 g de beurre.
Là, il va dire que je n’ai plus rien à voir avec la Bretagne.
Mdr.

Et voilà qui pourrait être l’illustration parfaite de la nouvelle Escale de Murielle et Stanislas…le TOUR DU MONDE EN 80 JOURS...prendre le FarZ pour symboliser le bout du monde, la pointe de Patrick ou son Aber préféré…en tout cas, c’est une recette récurrente de Breizh Kiss, on se demande encore pourquoi?
Je ne joue pas, je suis partie prenante ;-) puisque après les votes, le vainqueur aura le privilège de passer une nuit ici
Allez y, lancez vous, il faut juste publier une recette sur Newgle.fr, le blog communautaire nouvelle génération ;-)