De l’Or ou des Pêches!

Ou disparaître…

Cherche pas à comprendre ce titre, qui somme toute, ne parle qu’à moi.

Tu sais, j’ai une charmante voisine, Denise (j’ai fini par lui demander son prénom), qui depuis quelques jours, tous les soirs, m’attends à l’arrêt du car où mes enfants arrivent. Ca a commencé avec un petit sac, et puis il y a eu un cageot et encore un autre (doit bien y avoir trois kilos dans chaque cageot). L’autre soir, elle m’a dit, là, je pense qu’il n’y en aura plus. Je souriais, un peu jaune quand même parce que toutes ces Pêches!! J’en avais plein le plan de travail, je ne savais même pas où les stocker, manque toujours de la place pour ranger, tu sais.

Et hier soir, le coup de grâce.

Un filet. Genre filet à pommes de terre, tu vois. Je suis rentrée à la maison, avec au bout d’un bras deux cartables, les manteaux, et de l’autre, le filet de pêches.

N’empêche, je suis bien contente, elles sont très bonnes, sucrées, juteuses. C’est juste qu’éplucher des pêches de la taille d’un abricot, ça ne se fait pas en cinq minutes, surtout qu’en fait, je dois bien arriver à 7 ou 8 kg au final.

Enfin, sur ma première lancée, après épluchage et dénoyautage, j’avais 2,2 kg d’oreillons de pêches.

J’ai préféré les utiliser d’abord en confiture (après, y a des tas de recettes où adapter la pêche…)

J’ai un ami qui est roi de la confiture et qui me fait régulièrement saliver sur les parfums qu’il assortit, les mélanges audacieux, des idées qu’elles sont bonnes et ne m’avaient jamais traversé l’esprit.

M’enfin, là quand même, j’ai fini par en avoir une… j’adore le thé Earl Grey, le parfum de Bergamote surtout, enfin, ce que je crois être de la bergamote, parce qu’il n’y a que dans ce thé que je sens ce parfum.

Alors j’ai tenté.

Si tu veux voir en plus grand pour lire, tu cliques sur la photo (n’dis rien sur mon écriture, je sais.). J’ai oublié de noter qu’en plus du sucre, j’ai mis du citron avant de faire reposer les fruits. C’était au départ pour ne pas qu’elles s’oxydent alors que je les épluchais lentement. Et j’ai fini par mettre tout le jus d’un citron.

Pour le thé, j’ai mis les feuilles séchées dans une passette que j’ai baladée dans la confiture en fin de cuisson, je ne voulais pas trop infuser pour éviter l’amertume.

Et puis j’ai aussi passé au blender. Deux ou trois "pulse" et voilà.

Au final, elle est bonne cette confiture. Je vais la laisser vieillir un peu, mais je pense que ça le fait.

Tu vois la couleur? de l’or, ou un rayon de soleil, au fond, ai-je vraiment besoin d’autre chose?

La confiture de The American, et la marmelade d’Orange de M.C.Frédéric

Les jours rallongent, mais le temps reste concentré dans la seconde qui fait que la vie file à toute allure.
Je vois les effets du printemps sur le jardin, entre deux coups d’oeil au jardin les plantes ont grossi, rougi, fleuri, fané déjà parfois…
Et puis, les matins qui sont tout bleus, l’herbe pleine de rosée mais déjà le soleil est plus haut, c’est comme s’il était un dix heures de plein hiver…alors on se croit en retard, on se dépêche, et en moins de temps qu’il n’en faut pour le croire le petit déjeuner est prêt, servi, en place pour être dévoré.
Il est suffisamment rare pour que j’en parle, mais nous avons eu un Américain à Breizh Kiss...
Quand il nous a montré de quelle région il venait sur la carte de l’Atlas dépassé d’un héritage aussi vieux, nous avons mesuré la distance qu’il a parcourue: de l’Orégon à la Bretagne!
waaaa avons nous fait.
Alors, il riait de dire que sur la carte, la Bretagne, c’est tout petit avec le geste des mains qui s’approchent à 10 cm, et qu’en vrai c’est Trop Graaand avec la voix qui enfle et les bras qui s’ouvrent… nous ne pouvons imaginer de notre coté les lignes de routes droites qui sillonnnent le nouveau monde, les distances incroyables sur la carte avec l’Orégon qui serait presque aussi grand que la France!

La confiture de "The American", à la Rhubarbe et à la Pomme, pour se réconforter dans ce Grand Pays Breton…


Tiens, maman, a dit mon fils en me tendant le cinquantième coquillage de l’heure écoulée à la plage…
La récolte de rhubarbe prend encore moins de temps:
Belle maman?
Ainsi je me retrouvais avec un paquet de tiges de rhubarbe de Lannilis…
Facile!
Tu prends une tige, avec le tranchant d’un couteau tu incises le haut un peu en biais de façon que le pouce coince la fibre contre le couteau et que d’un mouvement rapide tu tires vers le bas, ce qui entraîne la longue fibre, moins bonne à consommer entre les dents.
Tu procèdes de la même façon sur toutes les faces et toutes les tiges.

Tu coupes en tronçons.
Tu pèses ta récolte ainsi épluchée.
J’avais 900 grammes.
Je décidais de mettre 700 g de sucre, n’aimant pas le "trop" sucré.
Cette fois et pour cette quantité je n’avais plus que du sucre cristal mais préférez du roux.
Dans un cul de poule, j’ai versé les morceaux de rhubarbe ET le sucre mélangé.
Et puis j’ai laissé au réfrigérateur au moins une nuit.


Même avec ce ciel gris plombé, il faisait chaud à Baden avec mon Amie Flore.
C’est bien la cuisine qui se fait toute seule, qui te laisse quitter ton nid pour voltiger dans d’autres contrées…
En rentrant de ta balade matinale ou le matin au réveil ou peu avant le goûter, quand la maison est calme, tu prépares tes pots.
Maintenant je les lave et je les fait bouillir. Puis je les laisse dans le four chauffé à 100° (avec les couvercles posés à côté)
La rhubarbe a donné tout son jus qui a liquéfié le sucre.
Tu prends une cocotte et tu verses le mélange dedans. Tu chauffes à petits bouillons.

Les pommes? c’est venu après. Je les ai vues, toutes les quatre en train de cuire au soleil (oui, un coin de ma kitchen est très ensoleillé, c’est là que je pose aussi le pâton de pain) et je me suis dit, tiens why not?
Hop, épluchées, épépinées, tranchées finement, je les ai cuites avec le bouillon de rhubarbe.
3/4 d’heure environ, à vrai dire je n’ai pas compté…la confiture ne devait pas attacher le fond de la cocotte, elle ne faisait pas beaucoup de jus, pas assez pour être vraiment écumée comme la confiture d’abricot...
Mise en pot, 5 pots de 250 g, jusqu’à 1 petit cm du bord, tu visses le couvercle et tu retournes jusqu’à refroidissement.


Comment? tu dis? Aah, ce n’est pas celle là que Tu voulais? non, l’autre, la Marmelade d’Orange de Marie-Claire Frédéric, un modèle pour moi aussi…

La Marmelade à l’Orange, Orange comme le soleil...
Que dire…facile à faire…avec ma fille, la grande qui a coupé les quartiers, se retenant de lécher ses doigts entre deux oranges pour ne pas entendre sa mère murmurer NOOON, va te laver les mains!
Tiens je vous laisse la lire en direct, vous comprendrez mieux pourquoi j’ai eu envie de la faire…

En attendant il fait tellement beau, que les vélos sont sortis, la carriole et les seaux de plage…

Que ceux qui OSENT dire qu’en Bretagne il ne fait pas beau…se planquent!Elle vous trouvera!