Le buffet de Dom pour CarO!

Viiiite, je suis en retard!

Après ces semaines de dur labeur où l’on pourrait croire que ne pas "bloguer" c’est ne rien faire…je vais démontrer le contraire dans ce billet fourre-tout (moi? désordonnée?)…

Caroline (ne rougis pas) me demande les recettes de quelques bouchées de vendredi soir, mon "challenge" perso, faire environ 300 petites pièces de trucs à grignoter au départ en retraite de mon Amie Dominique.

Voilà, sans plus de discours, les recettes demandées, mam’zelle!

Oui, mais la suite?

Ben, voilà:

Et enfin, tu emplis la poche à douille, et tu fais des petits tas sur ta feuille de cuisson…

Tu cuits à 180° pendant 20 mn puis la porte entrouverte tu laisses sécher à 160°…

Préchauffes ton four à 180°

Coupe la poire en petits cubes.

Das un cul de poule, tu mélanges les oeufs, le caramel, le sucre, la farine et la poudre d’"amandes. Fouettes bien et verses dessus le lait et la crème fraîche, puis l’armagnac.

Gratte la gousse de vanille (un dé à coudre d’extrait de vanille ça doit le faire aussi) et ajoute.

Tu répartis les petits dés de poire dans les empreintes et verses le liquide sur chaque petit coeur.

Tu laisses cuire 25 mn . Et laisse aussi refroidir un peu avant de démouler (sinon, ça se casse)

Pour ces recettes toutes de Demarle, sauf les choux, j’ai utilisé des empreintes en silicone noir. Je peux te les prêter si tu veux, mais pas avant mercredi ;-)…

Bon app!

Cake au Citron Vert et aux graines de Pavot Bleu

En ce moment je planche…j’avais la ferme intention de faire quelques unes des merveilleuses recettes au chocolat proposées par "chocoolove"…mais le temps, les vacances,les enfants, le chat, les nuages et blablabla, j’ai pas fait comme je voulais! enfin, pas autant!
Tiens, quand même, je nourris les hôtes qui passent, les Zoutes de Breizh Kiss, dont vous ferez peut-être partie un jour, qui sait…
Alors, un zeste de tout frais,un avant goût de printemps, un instant de fraîcheur sur un palais à peine réveillé:

Le Cake au Citron Vert et aux graines de Pavot Bleu, ou le goût de l’herbe sous un ciel d’été!

Du livre de Thé de James Mac Nair et Andrew Moore (j’en parle et , vous savez, les Snickerdoodles)

250g de yaourt/ 60 g de graines de pavot/ 180 g de farine/ 2.5 càc de levure/ 120 g de beurre fondu demi sel, tiédi/ 170 g de sucre roux en poudre (c’te blague!)/ 2 oeufs comme toujours à température ambiante/ 30 g de zeste de citron vert (soient 6 à 8 citrons vert environ)/ 15 g de jus de citron frais/

et pour le glaçage: 90 g de sucre en poudre/ 60 g de jus de citron frais.

Tu verses tes yaourts dans un grand bol et tu mélanges avec les graines de pavot; tu laisses reposer 1 heure pour qu’ils s’imprègnent les uns des autres.
Tamise la farine et la levure.
Préchauffes le four à 180° et mets ta grille au milieu.
Dans le bol du robot ou dans une grande terrine, mélanges le beurre, le sucre, les oeuf, le zeste et le jus de citron et le yaourt aux graines de pavot.
Ajoutes en deux fois la farine et mélanges jusqu’à incorporation (brr, pas joli ce mot, je vais dire "mélanger intimement" c’est mieux!) totale.
Si tu as un moule en silicone, c’est facile, tu verses dedans.
Sinon, ben, tu beurres le moule, tu prends du papier cuisson , tu le chemises pour qu’il se colle au beurre, et tu verses.
Enfourne une heure.

Vérifie la cuisson.
Pour préparer l’indispensable glaçage qui donne le moelleux et le côté humide à ce cake, tu fais fondre à feu très doux le sucre dans le jus de citron, jusqu’à dissolution complète ("il ne doit rien rester")
.

Ton cake encore chaud, tu l’assommes à coups de couteaux, mais non, pas de violence en cuisine, juste à la télé, tu incises en plusieurs endroits la croûte dorée de ton gâteau qui embaume, et avec un pinceau tu fais pénétrer le jus de citron chaud sur toute la surface du cake. Il ne doit rien rester (encoore? j’me répète!).
Laisse refroidir et va voir ton film.
Tu démoules ensuite, selon ton moule hein, du très facile presque trop puisqu’il n’y a plus de suspens, au démoulage périlleux à la lame de couteau mais bon, si tu as bien chemisé, il se déshabille tout seul comme un grand.

Et tu le remballes, hop, comme ça, dans un film alimentaire….Mmm, ça va tout te garder dedans...

Et tu attends quelques heures, voire une nuit, qu’il se repose à température ambiante, il n’en sera que meilleur.
En ensuite?

Il ne doit rien rester.
(pssst, Murielle, ça y est….)