Pane al Cioccolato et Île de Ré automnale…

île de ré1

Comment dire…occupée je suis, occupée je serai…difficile de tout faire, les journées sont trop courtes, et le soleil qui se couche de plus en  plus tôt.

Néanmoins, pour une deuxième escapade en duo plutôt qu’en quintet, nous avons eu le bonheur de visiter nos amis Rétais, ceux là même qui sévissent sur un blog fameux, celui du Président Marcus...(enfin, madame ne signe pas, mais…)

Accueillis sous les trombes d’eau avec autant de gentillesse et de simplicité que de gouttes sur mon parapluie, comme en famille en somme (quand elle s’entend bien) nous avons été guidés entre les venelles de La flotte (ben oui, quand il pleut!), de Saint Martin de Ré, franchi les portes de quelques églises et mêmes celles dont il ne reste que les murs…nous avons tenté le coucher de soleil et son lever, nous avons ri beaucoup et discuté, il se trouve que bavard il est mais ses filles aussi, à notre grand bonheur…j’en ai eu mal aux joues deux jours, autant qu’aux jambes à mon retour.

(tiens, deux albums photo, tu cliques dessus et tu choisis diaporama, si tu veux…)

Ile de Ré…
La Rochelle by night et l’Île de Ré au petit matin

Notre guide émérite ayant été alpiniste dans une vie antérieure a tenté de nous semer sur le plat de l’île, avant de nous faire goûter un des siens, favorable au climat automnal, mais pas rétais pour un sou, je vous en dirait plus un jour…ah non, tiens, il se pourrait que je vous vous « >fasse deviner! avec une photo, ça vous tente?

île de ré

Non, sans rire, ce séjour, trop court, fut un vrai dépaysement, nous trouvons que nous avons de la chance, il se pourrait encore que nous retentions l’escapade, figurez vous que le chiffre 5 ne leur fait pas peur, ah ah ah!

Avant la photo du plat mystère, une chtite recette quand même, après tout il faut aussi apprendre…

tableau5

Pane al Cioccolato, le pain avec du chocolat dedans…(extraite de « Pains du monde à faire soi même » des éditions De Borée, Christine Ingram et Jennie Shapter)

350g de farine T65/ 20g de poudre de cacao/ 2.5g de sel/ 25g de sucre en poudre/ 15g de levure fraîche/ 250g d’eau tiède/ 25g de beurre pommade/ 75g de chocolat noir pâtissier coupé en petits morceaux/ beurre fondu pour badigeonner.

J’ai utilisé une plaque de moules à muffins (12) en silicone noir.

Dans le cul de poule, verser la farine, le cacao le sucre, le sel. Tu mélanges et tu fais le puits au milieu.

Délayer la levure dans 60 g d’eau d’eau « >puis verser cette pâte et le reste d’eau dans le puits. Mélanger à la main jusqu’à obtenir une pâte.

tableau4

Incorporer le beurre et pétrir sur le plan de travail pour avoir un pâton lisse et élastique.

Recouvrir d’un film alimentaire et laisser lever à température ambiante tiède jusqu’à doubler de volume.

Former 12 petits pâtons (bouler, pas facile, ça colle) et y enfouir des pépites de chocolat.

Laisser reposer 45 mn .

Préchauffer le four à 220, faire cuire 5 mn, puis descendre à 190 et laisser un quart d’heure…

Beurrer la surface au beurre fondu (j’ai zappé ;-/) et laisser refroidir…

Tiède c’est très bon et dedans le chocolat est fondu c’est trop miam!

C’est normal, c’est Italien no?

tableau3

Et hop!

La photo mystère…mais qu’est ce donc?

Un indice: si vous cherchez bien, vous trouverez la solution sur le blog de mon ami Marcus

Un deuxième: ce plat est Montagnard et de fait ne peut pas être Rétais :-)

devinette

Je ne connaissais pas, mais c’est normal, il faut plusieurs heures de cuisson…et avoir faim. Mais ça c’est pas dur avec un guide comme Marcus, qui marche à la vitesse de la lumière…

Arrivederci!

Avec la Pomme de Terre, on peut Tout Faire#2

Découvrez Alela Diane!

Pendant que Certaine me fait saliver devant son talent ébouriffant, que d’Autre me fait baver avec des recettes égyptiques, que la Dame explique bien à nos oreilles parfois malentendantes ce qui ne va pas, je me demande à quand remonte mon dernier jogging…

Et puis je me dis, tiens, puisque maintenant mes TROIS sont à l’école le matin, je vais dès lundi courir au chemin de Cadoudal..ah, non, j’ai un petit dèj à présenter…mardi matin alors? ah, non, j’ai aussi un petit dèj à partager…mercrediiii? pfff, ben non, tu sais bien (oui, je me parle quelque fois) que tes TROIS ne vont pas à l’école le mercredi…Jeudi alors, dernier délai! Nooooon, malheureuse, jeudi, c’est le 20 novembre, tu vas SOUTENIR la grève des enseignants…faudrait pas que ça tombe dans l’oreille d’un sourd! (je dis ça, je sais ce que je dis, je suis sourde aussi, quand je veux!)
Et voilà comment tu ruines tous tes espoirs de reprendre le chemin de la sportitude, de la femme active, bien portante, bien foutue et tout et tout…

Du coup, tu te consoles en épluchant des patates, tu écoutes en boucle Aléla Diane (mon coup de foudre en ce moment) et tu pleures en épluchant des oignons…
Avoir la Patate et remporter la Timbale!
(ou « Timbales de Pommes de Terre »…)

Simplissime, sublissime, enfin, n’exagérons rien, mais très bon, c’est déjà bien!
Pour 4, avec une énooorme salade verte (ça, c’est pour ceussent qui ne courent pas):
3 pommes de terre non épluchées (oui, mais frottées et lavées si elles ne sont pas bio)/ 3 oignons roses de Roscoff, why not?/ 2 blancs de poulet cuits (ou l’équivalent des morceaux de poulet que l’on décolle de la carcasse à la fin du repas quand on range tout, soit la viande des ailes, les sots l’y laissent, etc…)/ 1 crottin de chèvre frais/ 1/4 de REblochon (et pas RO ni Re d’ailleurs ou des fromages que vous adorez…/ de l’huile d’olive.
Préchauffe ton four à 200°c
Avec ta mandoline, tu règles à l’épaisseur la plus fine et tu débites les Pommes de terre en tranches.
Idem avec les oignons.
Tu haches petitpetit les morceaux de poulet.
Si t’es comme moi, adepte du silicone noir (moi faire partie tribu « Ateliers culinaires » yes? mais pas très active ces derniers temps faut dire, no?) tu auras à portée de main une plaque de 12 empreintes muffins…sinon, tu sors tes ramequins (12 petits ou 6 gros) que tu chemises de papier cuisson…
Après t’empiles.
Une couche de pomme de terre, une couche d’oignons, une couche de poulet, une couche de fromage (oui, celui que tu veux, ou tout seul ou à deux…)
Et tu recommences , jusqu’à épuisement du stock (et jusqu’en haut de tes empreintes).
Ton four, il est chaud, il n’attend que toi.
Tu enfournes au milieu, ou chaleur tournante, 10 mn à 200 et 20 mn à 180…
En général, t’as pas besoin de crier/hurler/t’égosiller (de toute façon, depuis la fois d’avant, t’es aphone)…l’odeur fait son chemin jusqu’aux narines concernées, celles qui sont au dessus des ventres à pattes (et à pâtes, ah ah ah) que tu maintiens au chaud sous ton toit pendant la saison froide.

Oui, j’ai mis pour 4 même si on est 5, parce que le grand, l’homme, il en avait encore envie après ses quatre pitites timbales…et oui, je n’aurais pas refusé une cinquième non plus..c’est vraiment parce que je ne vais pas courir demain, ni mardi, ni mercredi, surtout pas jeudi…

Et puis sinon, j’ai une idée pour occuper les froids après midi de décembre…mais je vous en dirais plus, plus tard, et toc!