Nigel dans ma Kitchen! et tag…

On pourrait presque croire que c’est en vrai, non?
En fait, son livre est enfin arrivé après deux semaines d’attente…deux semaines avant d’entrer son appétit dans l’engrenage!
Et en anglais!
Oui, le livre n’est pas encore traduit et moi qui parle anglais comme une vache bretonne, c’était un défi!
D’autant plus que le vocabulaire culinaire n’est pas celui qu’on apprend au lycée, et pourtant c’est une super motivation! devraient y penser nos enseignants chéris!

Tiens, commençons:

Sausages with Salami and Lentils…Saucisses avec Salami et Lentilles…oui, je sais, c’est la partie la plus difficile!

Pour le reste, j’espère ne pas avoir fait d’erreur d’interprétation…en tout cas, un régal, ce fut.

2 oignons moyens/ 2 càs d’huile d’olive (généreuses dit-il)/ 2 cloves de garlic, ça j’ai adoré : 2 gousses d’ail/ un petit salami..euh ici, je n’avais que des tranches…6 ou 7 OZ une oz c’est une ounce, soient 28.35 g…j’ai résumé en 7*30 g et puis j’ai arrondi à 200 g!/ saucisses fraîches 3/4 de lb soient 3/4 de livre (1 livre c’est 500g) donc 450 g/ purée de tomates 1,3/4 de cup…1 cup j’ai pensé à 200 ml, donc 350g de purée de tomates./ lentils 150 g/ bay leaves, ce n’est pas quitter la baie ni autres voyages, c’est feuilles de laurier! j’ai trouvé ça joli aussi, il en faut 3!

Ensuite, il détaille toutes les étapes, j’aime bien, il explique même en combien de quartiers couper l’oignon!
Donc, tu pèles les oignons, tu coupes chacun d’eux de la tête à la racine « from tip to root« (pas mal non?) puis chaque moitié en 4 ou 5 pièces, morceaux.
Mettre l’huile à chauffer dans une casserole à fond épais (j’ai utilisé une grande et profonde sauteuse), ajouter les oignons et laisser fondre à température moyenne.

Pendant ce temps là, tu épluches l’ail que tu tranches finement.
Ajouter aux oignons et mélanger « stir » souvent.
Hop, je tourne la page…
Oh, la belle photo!
Je tourne encore la page…oh mon dieu une tarte au citron ensuite!
Pèles la fine peau du salami (chaque tranche c’est un peu long..) et coupes en fines allumettes « matchsticks« 

Ajouter aux oignons fondus et attendre un couple de minutes, pendant lequel le salami doit brunir un peu..moi c’est resté rose flashy..
Dans une casserole à fond anti adhésif (j’ai utilisé ma poêle en inox épais, je n’aime pas l’anti adhésif..) Faire colorer les saucisses sur toutes les faces (oui, une saucisse c’est rond, je sais, alors tu tournes souvent, et tu soupires..) mais c’est obligé de les cuire là il dit Nigel, alors on fait.

Mettre la purée de tomates dans les oignons, puis les lentilles (des lentilles sèches hein, pas déjà préparées, don’t worry, ça cuit vite ces choses là, pas de prétrempage!) et deux tasses d’eau (400 ml).

Bring to a boil.
Ah! apporte un bol?
Pff! portes à ébullition! tu sais pas lire ou quoi?
Enlèves les saucisses de la casserole et mets les avec cette sauce qui sent bon déjà, et le laurier, ne l’oublies pas..
Couvres « cover the pot with a lid » et laisse mijoter « gently » une demi heure, jusqu’à ce que les lentilles soient tendres.
Mélanges et assaisonnes avec du poivre noir.

You may find it needs little or no salt.
Enough for two with seconds.
Alors là j’ai fini par traduire « assez pour deux et un deuxième service… »

N’empêche, pour 5 j’ai tout multiplié par deux, et ce qui restait a été réchauffé le lendemain, accompagné d’un peu de semoule de couscous, eh ben, réchauffé c’est encore meilleur et c’est très très bon aussi avec du grain!
Nigel…merci!


A lime Tart…non, non, pas aujourd’hui!
Tiens, un bonus: Flo Makanai me demande de vous écrire 5 lignes à partir de la 5ème lignes de la 25ème page du livre que je lis…

« La chamane le suivit, la tête basse et l’esprit égaré, et constata que c’était toujours cette bonne vieille terre qui soutenait ses pieds. Mais elle ne sut s’il fallait s’en trouver soulagée ou déçue. D’un pas leste, l’homme s’approcha d’un cheval gris bleu qui semblait l’attendre, déjà sellé, l’enfourcha, le lança au galop et s’éloigna en direction du soleil couchant, déjà si bas dans le ciel qu’on l’aurait cru à portée de la main. »

Galsan Tschinag, « L’enfant élu », éditions Métailié.
Je ne l’ai pas fini, c’est en cours, c’est déjà très intéressant et instructif, ça se passe au XVIIIème siècle dans le Haut Altaï et en Chine…

Je passe le relais à Anso, Elodie, Murielle (si elle peut!)…

Les Snickerdoodles 2009 et…un bonus!

Voilà déjà plus d’un an que j’avais fait cette recette de Snickerdoodles de James MacNair et Andrew Moore…Vous l’aviez aimée puisqu’elle était arrivée en tête de l’Escale anglaise de Murielle et Stanislas.
Elle reste une de mes favorites, facile et rapide à faire avec un bon rendement, et un goût et une texture que j’adore encore!
Cette fois, j’en ai réalisé une trentaine pour l’anniversaire de mon fils, l’anniversaire à une main, puisque tous ses doigts font l’ensemble des années de sa jeune vie.
Snickerdoodles aux trois sucres, parce que je n’en n’avais pas cinq! (et surtout, je n’en n’avais pas assez d’un!)


600 g de farine/ 2 càc de bicarbonate de
soude (pharmacie ou sioupermarket)/ 1 càc de levure/ 240 g de beurre demi-sel (ou doux..) à Température ambiante/ 240 g de sucre roux pure canne/ 120 g de vergeoise brune (sucre blanc recuit deux fois)/ 30 g de sucre cristal/ 2 oeufs à Température ambiante/ 2 càc de vanille liquide/ 1 càc de cannelle en poudre/ 2 pincées de sel si vous utilisez du beurre doux.

L’aspect « température ambiante est important surtout pour le beurre. Souvent j’ai fait cette recette en faisant fondre le beurre vu qu’il est plus souvent au frais qu’à disposition sur le plan de travail. J’obtenais alors une pâte collante, assez difficile à travailler, nécessitant l’utilisation d’une petite cuillère.
Mais voilà: on gagne du temps et de la matière à attendre! le beurre du petit déjeuner, vous ne le rangez pas tout de suite, vous le laissez là et avant la fin de matinée, si vous commencez à 11h, à midi moins dix vos biscuits seront prêts.

La pâte doit ressembler à de la pâte sablée moelleuse, non collante et il est très facile de former des boules de toutes tailles pour obtenir les Snickerdoodles désirés.

Action:

Dans le bol du robot ou une terrine tu mets le « sec »: farine, bicarbonate, levure (et sel si..blabla). Tu tamises.
Dans un autre bol ou terrine, tu mets le beurre mou (mais pas fondu donc, si tu as bien ouvert tes esgourdes), le sucre roux et la vergeoise. Tu fouettes avec un batteur (ou robot hein, je me répète, oui, je sais)
, plom plom plom, 5 minutes oui, tu tiens tu ne lâches pas ton batteur, même si tu as mal au poignet, ce serait pire à la main, penses à ta grand mère.
Tu obtiens un appareil assez léger, mousseux.

Tu ajoutes les oeufs et la vanille, là c’est fastoche. Par rapport à l’étape d’avant, je veux dire, c’est encore pus mousseux, tu vois?
Puis la farine en deux ou plusieurs fois, pour que le tout soit bien homogène, comme une pâte souple.(la petite photo en haut à gauche du montage, c’est la texture de la pâte obtenue, elle se décolle bien du bol)

Et c’est fini, oui, tu vois facile!
Bon, pas tout à fait, faut cuire tout de même:
Grille in the middle, température 180, tu préchauffes.

Dans un petit bol, tu mets le sucre et la cannelle, tu les mélanges.

Avec tes doigts, vu que ta pâte est parfaite, tu prends l’équivalent d’une cuillerée à soupe. Et tu roules.

Et tu roules aussi dans le petit bol; ta boule de pâte se couvre de grains cristallins, ça sent bon, c’est joli, tu poses sur ta plaque recouverte de papier sulfurisé ou d’une feuille silicone. Tu laisses 5 cm entre chaque hein, la boule elle s’étale à la cuisson…

Jusqu’à épuisement de la pâte.
A ce rythme j’avais deux plaques.

Tu enfournes 15 à 20 mn. J’ai mis 17 chaleur tournante.
Après, ça sent bon dans la maison, tu n’as qu’une envie, faire un pain d’épices.

Oh, quesseucé?
Le pain d’épices!
Nonhonhoon, si vous y avez cru, ah ah ah.
C’est bibi, pour ce drôle d’amusement bloggesque de Blogà2, c’est chez Anso que je l’ai vu, et chez Annellenor aussi, enfin, on s’amuse bien dans ce milieu, non?
Je ne sais même pas si c’est encore d’actualité…m’enfin, pour un sourire aussi joufflu que ne ferait-on pas!
——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————