Tajine de Rougets, chermoula, citron confit…

J’ai trouvé un moyen flemme de ne pas me prendre le chou avec le clavier cassé.

Et puis je me suis dit aussi, que contre tout le gris de cet hiver, faudrait que je lutte avec plein de rouge. Pour l’hiver à venir aussi, même si, aujourd’hui encore, contrairement à d’autres régions, le bleu persistant nous fait totalement oublier le gris.

Alors, dimanche on était neuf, du coup j’ai trouvé 6 rougets.

(j’adore ce genre de phrase qui ne veut rien dire d’autre que l’absurde non-sens)

Tajine aux Rougets, Chermoula et citron confit…

Pour les courses, tu prends toute la liste marquée dessus. Comme on était bien plus de quatre, j’ai ôté du neuf les trois enfants, égale six, mais en fait douze, parce que un rouget c’est deux filets.

Mais quand même toi, tu te débrouilles pour être quatre ou alors fort(e) en maths (pas comme moi) pour la proportionnalité, tu vois?

(tout ça parce que ma grande avait une évaluation de maths, sans doute, je suis une fille influençable)

Bref, quand tu as fait tes courses, vas-y, branche la musique (oui, moi, je vire tout le monde sur la terrasse, et je branche la chaîne, hop,Frizzante, je sais que certain(e) connaissent :)

Prépare d’abord la Chermoula. Doit y avoir plusieurs façon de la faire car elle diffère de celle de la dernière recette de tajine, mais c’est une façon de relever la chair du poisson, donc…

Tu piles et tu mortiers, et tu mets de côté.

Si tu n’as pas encore épluché tes tomates, fais chauffer l’eau et pendant ce temps coupe ta/tes carottes en petits morceaux. Tu peux aussi déjà éplucher tes pommes de terre nouvelles et les débiter en petits cubes aussi. Et puis coupe enfin tes tomates.

Dans une casserole assez grande, tu fais chauffer l’huile d’olive et tu y verses l’oignon et la carotte pour les attendrir (environ dix mn feu moyen)

Il ne faut pas qu’ils brunissent.

Le citron confit que tu n’as pas oublié de couper aussi, tu l’ajoutes, avec deux càs de chermoula, les tomates et le fumet. (Bon, pour le fumet, j’ai utilisé celui de la marque jaune, parce que je n’ai pas de vrai fumet de poisson en stock).

Tu portes à ébullition, puis tu couvres en laissant mijoter 30 mn.

Enfin, tu verses les pommes de terres, encore dix min de cuisson, vérifies bien qu’elles sont tendres, les miennes étaient encore trop fermes…

C’est presque fini, et ça sent très bon chez toi.

Tu sors du réfrigérateur les filets de rougets, tu les badigeonnes d’un peu d’huile d’olive et de chermoula (pendant ce temps tu préchauffes ton four, position max du grill) et tu les disposes sur une plaque de cuisson huilée aussi (ou sur une feuille silicone c’est bien pratique, alors pourquoi pas aussi une feuille de cuisson, pas la peine d’en rajouter autant, d’huile!).

Tu assaisonnes, et tu fais griller 5 à 6 mn.

Dans la grande casserole, tu verses le reste de chermoula et les olives noires avec le citron confit restant. (oui, c’est pas marqué dans la recette, mais en fait, si tu as une moitié de citron confit, il te reste une autre moitié que tu mets, juste là.)

Si tu as de la chance d’avoir de grandes assiettes sombres, déposes-y les filets, et verses la sauce, j’imagine que le contraste des couleurs…

N’oublie pas la menthe du jardin et la coriandre, c’est de saison, émiette par dessus ce plat, c’est beau, c’est bon.

Ma photo ne rend pas justice mais j’ai aimé, beaucoup beaucoup…avec de la semoule de couscous, ou du boulghour, miam.

Un Plan pour la Lotte.

C’est comme une évidence. Quand je veux me faire plaisir et faire plaisir, c’est dans la cuisine nord africaine que je cherche.

J’aime mélanger les parfums, goûter, essayer.

Il y a toujours une simplicité brute dans cette cuisine, une simplicité de bon sens, qui assaisonne comme il se doit les légumes et les fruits avec les épices et leurs parfums.

Ce que je ne sais pas toujours faire, de la peur sans doute et de la méconnaissance aussi.

C’est pourquoi, j’utilise un mode d’emploi, un "plan" comme dit ma fille, pour parler d’une recette…

Le Plan de la Lotte en Tajine.

D’après le très beau livre de Ghillie Basan, aux éditions Manise, "La cuisine Marocaine".

De très belles photos, de quoi saliver crois-moi!

Préparation de la Chermoula:

2 gousses d’ail/ 1 càc de gros sel/ 2càc de cumin en poudre/ 1 càc de paprika/ 1 citron pressé/ 1 petite poignée de feuilles de coriandre grossièrement hachée/ 1 càs d’huile d’Olives.

J’adore. Sortir mon mortier. Sentir les odeurs se faire sous la pression du pilon.

Tu mets le sel et les gousses d’ail d’abord, tu écrases, tu tournes, tu piles, jusqu’à obtenir une pâte lisse. Le jus de l’ail y suffit. Puis tu ajoutes le cumin, le paprika et le jus de citron et tu continues de faire la pâte. Tu verses doucement l’huile en mince filet.  Et puis, tu en mets une partie de côté pour la cuisson.

Tu utilises la chermoula pour la marinade des morceaux de lotte. Tu les recouvres entièrement et tu mets au frais minimum une heure.

Pour le Tajine (4 personnes) (et c’est vrai qu’on a tout mangé):

1kg de queue de Lotte en morceaux (tu regardes les prix, ça varie de celui d’un petit doigt à une jambe. Je crois que là, c’était un bras, mais bon…)/ 15 à 20 petites pommes de terre nouvelles, lavées, grattées/ 3ou 4 càs d’huile d’Olives/ 4 à 5 gousses d’ail tout petitement hachées/ 15 à 20 tomates cerises/ 2 poivrons verts (moi j’ai mis un rouge et un vert) bien grillés pour les éplucher facilement, épépinés et coupés en lanières/ 1 grosse poignée d’Olive noires charnues/ 100 ml d’eau/ Sel et poivre.

Précuits tes Pdt dans de l’eau bouillante 10 mn. Rince-les à l’eau froide et coupe-les en deux. Place les au fond d’un plat à Tajine ou une cocotte.

Dore à l’huile d’Olives, l’ail, puis ajoute les tomates cerises jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Ajoute les poivrons et le reste de chermoula. Ajuste à ton goût l’assaisonnement.

Là, tu peux prendre une ou deux photos, parce que c’est beau ces couleurs. Les autres se marrent pendant que tu fais ça, pourtant ils ont l’habitude. Ils croyaient peut-être que moi, je l’avais perdue. Raté.

Sur les pommes de terre au fond du plat, tu verses en repartissant bien, les trois quart des légumes rouges et verts. Et puis tu sors du frigo la lotte marinée, et tu poses les morceaux dans le plat. Les uns à côté des autres, hein, pas comme une montagne.

Enfin, tu vides le reste de  la poêle de rouge et vert sur le poisson (ah, oui, la lotte, c’est un poisson, faut-il dire?)

Tu vois qu’ici je n’avais pas mis d’olives. Faut dire que ma majorité enfantine n’aime pas, alors je n’en n’ai jamais. C’est dommage. Et puis je n’avais pas de coriandre non plus.

Mais c’est pas grave, enfin, pas trop.

Verse encore un filet d’huile sur l’ensemble, puis l’eau.

Ici, j’ai enfourné 20/25 mn à 200°C au four avec le couvercle du plat à tajine. Parce que je n’ai pas de "feux". C’est de l’induction, alors je m’adapte.

Sinon, tu poses sur le feu, et tu attends que le jus mijote. Couvre à ce moment là, le tajine ou la cocotte. Et laisse cuire à feu moyen 15 mn.

Si tu as bien lu le plan, tu trouveras le chemin du parfum. Tu soulèves alors la couvercle et tu fermes les yeux. Je crois bien, que là, tu auras faim.

Pandoro di Verona

Ou comment le bonheur se partage…

Il y a déjà deux ans, Gracianne m’avait très très émue avec son billet, celui là, gardez le dans vos favoris, c’est une perle.

Et j’avais trouvé un pot de terre adéquat, j’avais touché une pâte soyeuse, je n’en ai pas rencontré d’aussi douce depuis, la faute au beurre sans doute, j’avais assisté à la montée spectaculaire dans mon ancien four, remplacé depuis par un modèle dont l’un des critères de sélection était que le plat à Tajine puisse y entrer et le Pandoro y lever…

Et puis, la flemme, le temps et l’impossible moule à dénicher…

Et puis, l’Italie, l’Italienne jumelle, celle qui me laisse toujours des commentaires dans ma "Vie qu’on Aime", bref…Roréa qui avait un blog fut un temps, a trouvé pour moi le moule étoile, celui qui fait rêver, puisqu’il permet de la décrocher du ciel noir pour se poser ici bas.

Il y a une semaine, j’ai refait Il Pandoro.

Au moment où j’écris, deux sont en train de lever.

(Je vous laisse regarder la recette chez Gracianne, c’est tellement bien écrit que je ne modifierai rien.)

C’est que c’est tellement bon, qu’il faut en abuser quand le ciel est gris quitte à marcher deux heures sur les dunes ensuite. Celles de Quiberon, why not?

J’ai commencé ce billet il y a deux semaines…depuis on a tout mangé tu penses!

L’aventure du Pandoro continue, pourtant…

L’autre jour, je suis allée dans une pizzeria particulière, celle d’Alfredo. Alfredo est Sicilien, il est en France depuis assez longtemps pour parler français, mais il continue de garder l’accent qui fait qu’on ne le comprend que si on le pratique depuis longtemps.

Cela faisait 20 ans, pfiou, oui 20 ans que je ne l’avais pas vu. Alfredo pizzaiolo de mon adolescence. Devine, je lui ai montré le Pandoro en photo, je ne savais pas que j’allais le voir sinon, tu penses bien que je lui en aurait fait un rien que pour lui.

Et tu sais quoi, il a eu l’air content, épaté presque:  "toi, tu fais ça dans ton petit four?"

Et puis il a eu l’air d’avoir une idée. Je ne vous en parle pas, pas encore, mais je vais le revoir bientôt Alfredo…et puis, là, il y a la recette qu’il m’a donnée, traduite sur un bout de papier, sans me dire le titre, sans me dire le nom, sans me dire le comment faire, juste les ingrédients.

C’est cuit, ça sent bon, je l’ai pris en photo ce gâteau (oui,  c’est un gâteau) et puis un jour, je te dirai plus, j’espère, mais j’en suis à un stade où je ne veux plus voir les projets échouer, je deviens superstitieuse, je garde le secret…

Je t’ai ouvert l’appétit?

Le Sucré Salé de Savoie

Farçon1

Nous avons une vainqueuse!

Lôlà a trouvé le nom de plat savoyard dont je vous parlais dans mon précédent billet:

Le Farçon!

Bravo Lôlà, Marcus a validé ta bonne réponse! et bravo Gracianne, tu as trouvé le nom des saucisses présentées dessus! je n’en savais pas autant il y a quelques semaines, même si Marcus m’avait déjà fait l’apologie de ce plat donc, absolument pas Rétais, depuis des mois voire plus (oui, en fait ça se compte en années maintenant cette histoire de blog et d’amitié!)

Nous avons donc eu la chance de goûter ce plat typique du Val d’Arly .

Si vous faites des recherches sur internet, quelques autres variantes existent, appétissantes elles aussi! plat qui mijote longtemps, à base de produits de la région, comme les Pormoniers (saucisses à base de viande de porc et de légumes, comme les blettes et les poireaux) et les Diots, saucisses savoyardes.

Farçon

Le Farçon en lui même est le plat à base de pommes de terre râpées et parfumées aux raisins de Smyrne (et/ou pruneaux) et épices (muscade for example miam, j’adore) que l’on fait cuire au bain marie deux petites heures au moins, pendant la course autour de l’île de Ré.

Le moule à cheminée, dans lequel sont tassées les pommes de terre a un nom étrange, la Rabolire. Et on peut aussi le trouver sur internet (là)

Tiens, ça m’a donné envie de vous parler d’un autre plat savoyard ;-)Gâteau de Savoie

Le Gâteau de Savoie! (et non pas Biscuit, puisqu’il ne cuit qu’en une fois)

Jolie histoire, qui explique la forme du moule (que je n’ai pas) avec une cheminée au milieu…

savoie2

La recette, tellement simple!

100 g de farine T55 (ou45)

100 g de fécule de pomme de terre

250 g de sucre

6 oeufs.

Préchauffe ton four, 190°, grille en bas, chaleur statique.

Tu mets ton sucre dans un cul de poule, tu y ajoutes un oeuf entier, puis cinq jaunes et une càs d’eau.(tu mets les blancs dans un autre cul de poule)

Tu blanchis au fouet (électrique ou manuel, tu vois), longuement, ça doit gonfler et devenir mousse un peu.

Tu réserves.

Tu rinces ton (ou tes fouets/batteur) et tu montes les blancs en neige fermes.

Tu tamises la farine et la fécule ensemble.

Tu verses les blancs dans la préparation à base d’oeufs et de sucre et tu mélanges délicatement jusqu’à homogénéisation (ouf).

Puis tu ajoutes la farine/fécule. Et re homogénémachin.

Si tu as la chance d’avoir un vrai moule à gâteau de savoie, tu dois savoir qu’il faut le beurrer dans les règles avant de verser ton appareil. Sinon, comme moi, tu as peut-être un moule en silicone de 20 cm de diamètre, profond. Pas besoin de beurrer alors, hop, tu verses.

Et tu cuits. Entre 30 et 40 mn, pour moi ce fut 35.

Un pique planter in the middle et ressorti sec, le gatal est cuit.

Tu pose sur une volette et tu attends, vraiment, que ce soit froid avant d’ajouter si tu oses, un saupoudrage leger comme un nuage, de sucre glace.

J’ai osé.

Et j’ai mangé un nuage au nuage.

Sans regret. Tout juste si je n’aurais pas mis de confiture dessus. Mais bon, je cours depuis hier, alors…

Gâteau de Savoie1

Pane al Cioccolato et Île de Ré automnale…

île de ré1

Comment dire…occupée je suis, occupée je serai…difficile de tout faire, les journées sont trop courtes, et le soleil qui se couche de plus en  plus tôt.

Néanmoins, pour une deuxième escapade en duo plutôt qu’en quintet, nous avons eu le bonheur de visiter nos amis Rétais, ceux là même qui sévissent sur un blog fameux, celui du Président Marcus...(enfin, madame ne signe pas, mais…)

Accueillis sous les trombes d’eau avec autant de gentillesse et de simplicité que de gouttes sur mon parapluie, comme en famille en somme (quand elle s’entend bien) nous avons été guidés entre les venelles de La flotte (ben oui, quand il pleut!), de Saint Martin de Ré, franchi les portes de quelques églises et mêmes celles dont il ne reste que les murs…nous avons tenté le coucher de soleil et son lever, nous avons ri beaucoup et discuté, il se trouve que bavard il est mais ses filles aussi, à notre grand bonheur…j’en ai eu mal aux joues deux jours, autant qu’aux jambes à mon retour.

(tiens, deux albums photo, tu cliques dessus et tu choisis diaporama, si tu veux…)

Ile de Ré…
La Rochelle by night et l’Île de Ré au petit matin

Notre guide émérite ayant été alpiniste dans une vie antérieure a tenté de nous semer sur le plat de l’île, avant de nous faire goûter un des siens, favorable au climat automnal, mais pas rétais pour un sou, je vous en dirait plus un jour…ah non, tiens, il se pourrait que je vous vous ">fasse deviner! avec une photo, ça vous tente?

île de ré

Non, sans rire, ce séjour, trop court, fut un vrai dépaysement, nous trouvons que nous avons de la chance, il se pourrait encore que nous retentions l’escapade, figurez vous que le chiffre 5 ne leur fait pas peur, ah ah ah!

Avant la photo du plat mystère, une chtite recette quand même, après tout il faut aussi apprendre…

tableau5

Pane al Cioccolato, le pain avec du chocolat dedans…(extraite de "Pains du monde à faire soi même" des éditions De Borée, Christine Ingram et Jennie Shapter)

350g de farine T65/ 20g de poudre de cacao/ 2.5g de sel/ 25g de sucre en poudre/ 15g de levure fraîche/ 250g d’eau tiède/ 25g de beurre pommade/ 75g de chocolat noir pâtissier coupé en petits morceaux/ beurre fondu pour badigeonner.

J’ai utilisé une plaque de moules à muffins (12) en silicone noir.

Dans le cul de poule, verser la farine, le cacao le sucre, le sel. Tu mélanges et tu fais le puits au milieu.

Délayer la levure dans 60 g d’eau d’eau ">puis verser cette pâte et le reste d’eau dans le puits. Mélanger à la main jusqu’à obtenir une pâte.

tableau4

Incorporer le beurre et pétrir sur le plan de travail pour avoir un pâton lisse et élastique.

Recouvrir d’un film alimentaire et laisser lever à température ambiante tiède jusqu’à doubler de volume.

Former 12 petits pâtons (bouler, pas facile, ça colle) et y enfouir des pépites de chocolat.

Laisser reposer 45 mn .

Préchauffer le four à 220, faire cuire 5 mn, puis descendre à 190 et laisser un quart d’heure…

Beurrer la surface au beurre fondu (j’ai zappé ;-/) et laisser refroidir…

Tiède c’est très bon et dedans le chocolat est fondu c’est trop miam!

C’est normal, c’est Italien no?

tableau3

Et hop!

La photo mystère…mais qu’est ce donc?

Un indice: si vous cherchez bien, vous trouverez la solution sur le blog de mon ami Marcus

Un deuxième: ce plat est Montagnard et de fait ne peut pas être Rétais :-)

devinette

Je ne connaissais pas, mais c’est normal, il faut plusieurs heures de cuisson…et avoir faim. Mais ça c’est pas dur avec un guide comme Marcus, qui marche à la vitesse de la lumière…

Arrivederci!